in

Elections législatives France : tout sur les vainqueurs, les perdants et les bouleversements inédits

Les élections législatives 2017 en France changeront le paysage politique français, tout du moins changeront la vie politique des cinq prochaines années.

Elles ont produit des résultats inédits et débouché sur un nouveau rapport de force porté à bout de bras par la coalition MODEM-République En Marche du président Emmanuel Macron qui s’en sort avec 341 sièges sur les 566 disponibles. Les changements effectués sont de plusieurs ordres et établissent de nouveaux records.
Les législatives françaises 2017 sont marquées du sceau du renouveau, de la jeunesse et de la parité, notions chères au chef de l’Etat. L’assemblée se trouve dépoussiérée, démasculinisée et rajeunie à coup d’audace, de revers politique et de volonté générale. Quel est la nouvelle configuration de l’assemblée nationale française ?

Plus de jeunes siégeront à l’hémicycle

L’une des particularités de ces élections législatives 2017 c’est la présence massive de jeunes candidats à la députation dont certains sont passés haut les mains. Face à cette vague de candidatures de la jeunesse certaines personnes, ironiquement, avaient affirmé que la politique française devenait un jeu d’enfants. Mais le constat est bien là, depuis l’élection à la présidence d’un des leurs, les jeunes prennent leur responsabilité et veulent détrôner la vieille classe politique. Après Marion Marechal-Le Pen, élue à la députée en 2012 à seulement 26 ans, c’est autour de Ludovic Pajot un jeune candidat du Front National de ramener la barre à 23 ans, nouveau record établi juste devant Typhanie Degois d’En Marche, 24 ans. En moyenne, l’assemblée nationale a rajeuni de six ans passant de 54 ans en 2012 à 48 ans en 2017. La moyenne d’âge, par parti, la plus basse est celle de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon avec 43 ans et la plus élevée, 56 ans, revient à l’UDI de Jean-Christophe Lagarde.

L’assemblée se vide de ses retraités et de ses veilles têtes

L’assemblée a perdu un certain nombre de retraités et a gagné en personnes actives surtout les jeunes la plus part du temps issus du privé, 59%, 20 points de plus qu’en 2012. Parmi ses nouveaux députés figurent des enseignants, des agriculteurs et même des employés. Dans un même temps il y a eu bien moins de réélus, conséquence évidente de la politique du non cumul des mandats. En effet, sur les 345 députés candidats à leur réélection 140 ont pu l’emporter soit moins des 40,5%. Cependant près de 200 députés exercent toujours un mandat exécutif ce qui démontre les limites de la politique contre le cumul de mandat.

Plus de femmes, plus de douceur au Palais Bourbon

Cette année le pourcentage des femmes qui siègeront à l’hémicycle est encore plus important qu’en 2012 où elles étaient au nombre de 155. Le chiffre grimpe à 223 élues soient 39,4% ce qui est déjà remarquable. Pris individuellement, le parti qui enregistre le plus grand taux de parité est la République En Marche avec 47%, suivi de près par le MODEM avec 46% et la France Insoumise avec 41%. L’UDI, l’Union des Démocrates et des Indépendants, de Jean-Louis Borloo ferme la marche avec 17%. Les femmes sont donc bien présentent dans le parlement français qui donne là un exemple de parité Homme-Femme.
Tout ce que l’on peut dire c’est que la politique française ne sera plus jamais la même avec le renouveau qu’elle a entamé. Les Français veulent du neuf et la vieille garde en a payé le prix fort. Mais quels seront les conséquences d’un tel bouleversement politique ?

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Coupes des Confédérations Russie 2017 : le Chili finit par mettre en cage les Lions Indomptables

Ligue des Champions africaine : les matchs retour s’annoncent passionnants