in

Côte d’Ivoire : L’Etat passe aux sanctions contre les commerçants réfractaires

L’Etat de Côte d’Ivoire a décidé de passer à la vitesse supérieure en sanctionnant les commerçants qui n’appliquent pas le plafonnement des prix.

Apparemment ç’en est fini des campagnes de prévention et des avertissements. Il faut enfin joindre l’acte à la parole pour faire respecter les mesures gouvernementales. Pour cela l’Etat ivoirien a commencé depuis peu à sanctionner durement les marchands réfractaires. Les peines vont des amendes aux saisies de marchandises. Est-ce décidément l’heure de la répression ?

Cette offensive s’inscrit dans la tentative de soulagement des populations ivoiriennes. Celles-ci sont de plus en plus étouffées par des prix qui ne cessent de prendre l’ascenseur. Il faut bien faire d’une pierre deux coups car la grogne sociale n’est jamais loin. Voici toute l’actualité sur la consommation en Côte d’Ivoire.

La problématique de la cherté de la vie

« Le panier de la ménagère est devenu sachet de la ménagère »

ironisent souvent les Ivoiriens dans les micros-trottoirs quotidiens. Cette phrase relève la cherté de la vie en Côte d’Ivoire et particulièrement à Abidjan. Les populations se plaignent depuis des années à propos des prix des denrées alimentaires qui grimpent. Parmi les denrées alimentaires de première nécessité il y a le riz et le sucre qui connaissent les plus grandes hausses. Cette cherté de la vie a même suscité des appels à la manifestation dans toutes les communes d’Abidjan. Face à la grogne sociale le gouvernement ivoirien a pris une série de mesures pour mettre fin aux prix anarchiques et exorbitants. Malheureusement, comme d’habitude, les commerçants ont continué à faire comme bon leur semblait. L’Etat a donc décidé de prendre le taureau par les cornes.

Des mesures de sanctions exemplaires

Pour contenir la montée des prix sur les marchés locaux, le gouvernement ivoirien a entamé la phase répressive. La répression a commencé le 12 août dernier et entend s’opérant dans une sévérité totale. Tous les commerçants qui ne respecteront pas la mesure de plafonnement des prix seront sévèrement sanctionnés. « Nous avons pris le soin de sensibiliser les opérateurs économiques du secteur. La loi est claire sur cet aspect » avait déclaré Aimé Koizan, le Directeur général du commerce intérieur. A propos de cette loi justement, elle établit une amende allant de 100.000 FCFA à 50. Millions de Fcfa en plus d’une saisie des marchandises ou de la fermeture du magasin. Cette stratégie vise à contenir les prix et à les uniformiser pour le bien-être des populations.

Quelles perspectives

Cette répression de la fraude sur les prix est la bienvenue pour les populations de Côte d’Ivoire dans leur ensemble. C’est un soulagement pour les ménages qui ne savaient plus où donner de la tête. Elle est aussi la bienvenue par rapport à la fête musulmane de l’Aid Al-Adha, appelée Tabaski en Afrique de l’Ouest. Les musulmans de Côte d’Ivoire et partant les Ivoiriens pourront s’offrir une belle fête. Maintenant il faudrait que l’Etat continue cette politique au-delà du simple contexte de la Tabaski.
Sans aucun doute cette offensive de l’Etat de Côte d’Ivoire va considérablement soulager les populations qui ne savent plus où donner de la tête. La vie est déjà si difficile pour en rajouter davantage. Pourvu que le panier de la ménagère refasse surface après le controversé sachet qui n’était plus aussi certain. Maintenant il faut que l’Etat étendre l’offensive à d’autres mesures comme celles qui concernent les cautions et bail.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

CAN 2019 : Ce n’est toujours pas gagné pour le Cameroun

Kenya : Entre élection présidentielle et bataille de gouverneurs