Accueil ACTUALITÉ Cavani-Neymar : Je tire, non c’est moi qui tire

Cavani-Neymar : Je tire, non c’est moi qui tire

Cavani-Neymar : Je tire, non c’est moi qui tire

Edison Cavani et Neymar ont offert au public parisien un spectacle qui n’honore pas une équipe du PSG qui nourrit de grandes ambitions cette année.

Les deux coéquipiers se sont disputés l’exécution d’un penalty comme des gamins sur un terrain de football du quartier. Les super stars de la capitale française ont donné l’image d’une équipe aux ego surdimensionnés, si le mot n’est pas abusé. Du coup ils donneraient du grain à moudre à tous les détracteurs du PSG qui ne rêve que de le voir se casser le nez sur ses ambitions pharaoniques.

La presse s’est jetée à cœur joie dans le rembobinage et l’ironie de cette scène incongrue. Commentaires comiques et comparaisons inattendues ont fait suite à l’incident entre le Brésilien et l’Uruguayen. Revenons ensemble sur ce fait qui a presque fait oublier la victoire face à Lyon.

L’objet de discorde

Le match joué dimanche soir a été le théâtre d’une dispute de suprématie. Déjà à la 56e minute, les deux attaquants s’étaient disputés le coup franc, finalement tiré par le Brésilien Neymar. C’est sans doute pour rétablir les responsabilités que Cavani s’octroie ce penalty à la 77e minute. Rappelons qu’en ce moment-là, le PSG menait 1 but à 0 grâce justement à un superbe but de l’Uruguayen. Tout d’abord c’est Dani Alves, le compatriote de Neymar qui prend possession de la balle. Il le passe ensuite à Neymar sur l’insistance de celui-ci. Pourtant, c’est habituellement Cavani qui exécute les penaltys pour le PSG. L’Uruguayen rappelle donc à l’ordre son coéquipier qui plaçait le ballon sur le point de penalty. Il se saisit de la balle pour la placer lui-même et tirer. Neymar qui se tenait devant lui, la mine consterné, a dû finalement se retirer pour permettre à son coéquipier de tirer. Avant de se faire reculade les deux attaquants avaient eu une conversation.

> Lire aussi  RHDP ou PDCI: Ahoussou Jeannot refuse de choisir entre Ouattara et Bédié

C’est moi qui tire, non c’est moi qui tire

Alors que les joueurs des deux équipes s’étaient presque tous retirés, Neymar se tenait toujours devant Cavani qui plaçait soigneusement la balle. Sur les séquences vidéo les deux hommes semblaient discuter, bien évidemment de qui devrait tirer le penalty. Cavani voulait certainement marquer son deuxième but. Dans le même temps, il pourrait contester le diktat du joueur qui vaut 222 millions d’euros. Quand à ce dernier l’enjeu était d’inscrire un autre but et poursuivre sa formidable série. Mais ni l’un ni l’autre n’aura gain de cause car Neymar a dû laisser la place à Cavani qui a été mis en échec par Lopes, l’excellent gardien Lyonnais.

La presse tacle les deux étoiles de Paris

« C’est moi qui tire…Non c’est moi…Non c’est moi…Mais… », rapportent les quotidiens. En tout cas c’est ce que les joueurs se seraient dits pendant la prise de bec pour savoir qui tirerait le coup de pied de réparation. « No I’m not Messi, give me the penalty » a ironisé un organe de presse dans un montage sur le net. La prise de bec a été interprétée comme la bataille de deux géants pour le contrôle de Paris. Cet épisode incongru risque de pourrir la vie dans les vestiaires du Paris Saint-Germain, même si les responsables du club préfèrent relativiser.
Edison Cavani et Neymar Junior n’ont pas donné une belle image du club parisien hier soir. A se disputer comme deux gamins sur un jouet, ils ont prêté le flanc du PSG à la critique de ceux qu’il a lésé en leur chipant leurs vedettes. Plus encore, cet incident fait passer Paris pour un club où chacun est venu se montrer en explosant les records. D’un côté Neymar qui rêve enfin de soulever le ballon d’or loin de l’ombre handicapant de Lionel Messi et de l’autre Edison Cavani qui n’entend pas se faire marcher dessus par le nouveau chouchou des Parisiens. Alors question : Tous ces talents pourront-ils tenir dans une même équipe ?

> Lire aussi  L’affaire « josey et son enfant » : la chanteuse s’exprime devant un micro sur la question

Vous pouvez aussi aimer