in

Attaque au couteau au Maroc : un agent de la circulation routière se fait agresser

Une attaque qui porte la marque d’un déséquilibré

Dimanche soir dans la ville de Tétouan au Maroc, un agent de circulation routière s’est fait agresser au couteau par un individu identifié plus tard come un malade mental.

Heureusement, rapport -on, le policier s’en serait sorti à bon compte. Un acte déculotté de la part de l’agresseur au regard des circonstances. Insensé également est l’attaque qui trouve une justification dans la santé mentale de l’assaillant.

Dans le contexte de la montée du terrorisme aux frontières même du Maroc, cette attaque aurait sonné l’alerte si le profil de l’individu n’avait pas été clarifié. Cependant l’incident ne saurait être banalisé puisqu’il n’est pas isolé. Comment donc comprendre ces attaques répétées sur les forces de l’ordre ?

Une attaque qui porte la marque d’un déséquilibré

Selon la Direction Générale de la Sureté Nationale (DGSN), l’assaillant du dimanche soir souffrant de troubles mentaux sérieux. Telle est la raison avancée pour justifier son acte plus qu’intrigant. Ce dimanche soir, un homme présentant comme un malade mental a agressé un policier en exercice à Tétouan une petite ville de l’extrême nord du Maroc. Le policier régulait la circulation sur une voie publique quand l’agresseur a surgi avec une arme blanche. Il l’aurait pris par surprise, mais l’agent de police a promptement réagi. Ainsi il a pu se faire de l’étau de l’assaillant avant de faire usage de son arme. Sa promptitude a permis de blesser l’individu à l’épaule et de lui faire prendre ses jambes à son cou.

Une course poursuite de courte durée

Suite à cette attaque éclair, le malfrat a disparu dans la nuit, mais c’était sans compter avec la police de Tétouan. Celle-ci s’est immédiatement mise à ses trousses. Après une brève cavale, le suspect est appréhendé quelques rues plus tard. Cette arrestation a été possible grâce à l’identification nette du malfrat. Il portait une blessure à l’épaule causée par le tir de feu de l’agent de la police. Comme une victime qui laisse une preuve sur son bourreau pour aider les enquêteurs à le coincer, la police a laissé une belle blessure sur son agresseur.

La police donne quelques éclaircissements

Le policier agressé, grièvement blessé, fut transféré à l’hôpital pour y bénéficier de soins appropriés. Selon les informations recueillies, ses jours sont hors de danger à présent. Dans le même temps l’agresseur a également été emmené à l’hôpital pour nécessité de suivi psychologique. De fait, il souffrirait de troubles mentaux sévères qui seraient à la base de son acte. En attendant, le parquet général aurait ouvert une enquête pour en savoir plus sur cette agression qui rappelle bien d’autres.
*Profil mental ou profil terroriste
A l’heure actuelle, la première piste évoquée est celle du déséquilibre mental. Dans ce cas il serait un fou qui s’est attaqué à un policier, parmi tant d’autres citoyens. Cependant il est bien difficile de ne pas creuser un peu plus l’abcès. Au regard d’autres attaques comme celles d’El Jadida le mercredi dernier et surtout les attaques au couteau en Europe, notamment en France, il est raisonnable de faire des comparaisons à propos. L’agression pourrait être préméditée tout au moins à défaut d’être terroriste, la cible étant un agent des forces de l’ordre.
Cette attaque ressemble étrangement aux attaques à l’arme blanche en France. La piste du déséquilibré mental ne pourrait être qu’un mauvais diagnostic ou tout au moins un diagnostic précipité. Le parquet général a fort heureusement lancé une enquête plus approfondie. L’on espère qu’elle permettra de mieux comprendre l’incident. On peut déjà se réjouir que le policier n’est pas passé de vie à trépas.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

BTS 2017 Côte d'Ivoire résultat

Résultats BTS 2017 Côte d’Ivoire : 70,51% d’admis, les délibérations disponibles ici

Awards du coupé décalé : Serge Beynaud allume Le Molare