in

Rivière de sang au Ghana: une pollution industrielle selon la police

La rivière de sang découverte dans la région de Koforidua au Ghana a suscité une vague de réactions, des réactions partagées entre causes naturelles et causes divines. La police ghanéenne qui a ouvert une enquête n’a toujours pas rendu ses conclusions définitives, mais d’après une source policière le changement de la couleur de l’eau serait dû à une pollution industrielle.

Les populations de Koforidua au Ghana sont toujours sous le choc de la rivière de sang découverte par certains habitants un peu matin il y’a un peu plus d’une semaine. A la découverte de cette marre d’eau teintée de rouge, plusieurs théories avaient été émises pour tenter de donner une explication à ce phénomène inhabituel à Koforidua. De son côté, la police ghanéenne a aussi diligenté une enquête afin de déterminer les causes de ce changement soudain de la couleur de la rivière Nsukwa qui, faut-il le rappeler, dessert plusieurs villes du pays en eau. Cette situation inhabituelle n’a pas échappé aux hommes religieux ghanéens qui ont tout de suite conclu que cette rivière de sang était la manifestation de la colère divine, ou encore l’un des signes de la fin des temps. Certaines sources proches de cette affaire révèlent même que la couleur de l’eau aurait changé suite à une croisade que les responsables de la ville auraient empêchée. Mais ces explications divines avancées par certains religieux ghanéens sont loin d’être partagées par la police qui penche de son côté pour une cause plutôt industrielle.

Une cause industrielle selon la police ghanéenne

Prenant le contrepied du point de vue partagé par les pasteurs et autres religieux du Ghana, la police a de son côté privilégié la piste d’une pollution industrielle pour justifier ce phénomène. La rivière de sang découverte à Koforidua dans l’Est du pays serait donc le résultat d’une certaine quantité de teinture déversée dans les eaux par une entreprise. Cependant, la police refuse pour l’instant de donner de plus amples informations sur le nom de l’entreprise responsable de cette rivière de sang qui a affolé les populations de Koforidua. L’enquête policière ouverte est toujours en cours pour rassembler plus de preuves. Un communiqué officiel devrait être fait par les autorités à l’issue des conclusions de la police pour donner de plus amples détails sur l’affaire. En ce qui concerne la toxicité de la rivière suite à la teinture qui y a été déversée, elle n’a pas pour l’instant pas encore été confirmée par voie officielle. Mais les habitants de Koforidua au Ghana sont toujours horrifiés par cette scène, partagés entre colère divine et cause industrielle.

Les internautes ont aussi leur théorie

Parmi les théories émises pour expliquer ce phénomène au Ghana, il y’a également la thèse avancée par certains internautes. Selon ces derniers, la rivière aurait pris la couleur du sang suite à un nouveau concept de danse appelé ‘‘One Corner’’, une danse de ‘‘dépravation’’ d’après certains. Mais comme toute théorie, elle a besoin d’être justifiée pour exister réellement.

Dix comportements que les « boss » adoptent forcement

La visite d’Etat d’Alassane Ouattara au Ghana inquiète les Pro-Gbagbo