Côte d’Ivoire: des classes d’école s’effondrent sur les élèves à Méagui

Une salle de classe s’est effondrée sur des élèves en plein cours dans la localité de Méagui située au sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Le premier bilan établi fait état de plusieurs blessés parmi lesquels des instituteurs.

En Côte d’Ivoire, la localité de Méagui a frôlé le pire dans l’effondrement des plusieurs classes d’écoles sur ces occupants. Le drame s’est passé dans un village qui se trouve à 12 km de la localité ivoirienne, un village où le manque d’établissement scolaire est une réalité criante. L’école construite de façon anarchique s’est soudainement écoulée sur les élèves et les instituteurs qui dispensaient des cours. On dénombre pour l’instant plusieurs blessés dans ce drame dont de nombreux élèves. Quelques enseignants ont également été blessés lors de l’effondrement de la baraque qui fait office d’école primaire dans le village. Selon les informations que nous avons pu recueillir un instituteur a eu le bras facturé lorsque les classes de l’établissement se sont effondrées. Heureusement, il y’a eu plus de peurs que de mal, en dépit des nombreux blessés dénombrés, car aucune perte en vie humaine n’a été signalée dans ce drame. Mais ce sont près d’une centaine d’écoliers qui sont désormais livrés à eux-mêmes. La priorité sera à présent de relocaliser ces élèves pour poursuivre les cours, en attendant que le gouvernement se tourne vers la situation alarmante de cet établissement scolaire situé dans un village qui se trouve à 12 km de Méagui.

Le manque d’établissements primaires, une réalité en Côte d’Ivoire

Si à Abidjan les autorités ont réussi à faire face au manque d’établissements scolaire, la situation est toujours aussi critique au niveau des villes de l’intérieur du pays. Pour combler le vide, l’Etat poursuit ses efforts d’implantations d’établissements primaires dans certains villages mais encore le manque d’établissement reste toujours une réalité dans de nombreuses localités. Plusieurs ONG avaient initié des programmes de construction d’écoles pour doter certaines localités d’établissements, mais insuffisant pour faire face au nombre important d’élèves du cycle primaire en Côte d’Ivoire. L’incident survenu à Méagui témoigne donc de la nécessité de faire face au manque d’établissement dans les villes de l’intérieur, des écoles souvent construites de façon artisanale, avec des hameaux et et juste quelques toitures. A côté du manque d’établissement, le gouvernement doit également faire face au manque criant d’instituteurs dans certains villages. Le concours de recrutement et de formation des instituteurs, le CAFOP, recrute chaque année environ 5000 à 8000 nouveaux enseignants. Vu le nombre important de postulants, l’Etat devrait accroître le nombre de places à pourvoir pour tenter de combler le manque d’instituteurs dans certaines villes de l’intérieur, des instituteurs qui bien souvent ont à leur charge deux classes au lieu d’une à cause du manque d’enseignants. Doter chaque village d’un établissement scolaire primaire est sans doute l’un des plus gros chantiers que le gouvernement ivoirien devra relever pour les années à venir.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.