in

Franc Cfa : Kemi Séba soutenu par Jean Louis Billon ?

Dans sa lutte contre le franc Cfa, Kémi Séba n’est pas seul. En plus d’avoir le soutien d’une partie de la jeunesse africaine, le président de l’ONG Urgences Panafricanistes est aussi soutenu par plusieurs élites du continent africain, des soutiens parmi lesquels l’on pourrait compter l’ancien ministre ivoirien du commerce, Jean Louis Billon.

La lutte pour la chute du Franc Cfa devient désormais l’affaire de plusieurs élites du continent africain. Si la jeunesse africaine est déjà bien engagée dans ce combat à travers son nouveau leader  Kémi Séba aujourd’hui symbole de la lutte anti-Franc Cfa, des personnalités politiques comme le professeur Mamadou Koulibaly de la Côte d’Ivoire ont décidé de d’engager dans cette lutte pour l’émancipation monétaire des pays membres de la monnaie coloniale. Rappelons qu’en Côte d’Ivoire, un artiste ivoirien a même désavoué le Franc Cfa, signe que l’activiste Kémi Séba n’est pas seul dans son combat. Parmi les rares opposants à la monnaie coloniale en Côte d’Ivoire, l’on pourrait compter l’ancien ministre du commerce Jean-Louis Billon. Sans pour autant prendre position dans le débat sur la monnaie comme l’a fait le professeur Mamadou Koulibaly, le patron du Groupe SIFCA a plutôt insisté sur la nécessité de mettre fin à la parité fixe entre l’Euro et la monnaie coloniale : « Le retrait de la Grande-Bretagne de l’UE impactera négativement le prix du cacao Ivoirien. Pour rappel, le prix du cacao est fixé en livre Sterling et le FCFA est lié à l’Euro. Il devient nécessaire de rendre convertible notre monnaie pour garantir à notre pays une stabilité en matière de commerce », a souligné l’ancien ministre ivoirien du commerce. Dans sa déclaration, Jean Louis Billon remet en cause l’arrimage de la devise africaine à l’Euro, une situation qui rend la monnaie inconvertible en d’autres devises sur le marché monétaire. Cet appel à mettre fin à l’arrimage de la monnaie coloniale à l’Euro est l’une des raisons pour lesquelles Kémi Séba combat farouchement le Franc Cfa.

L’arrimage, bon ou mauvais pour le Franc Cfa ?

Depuis la mise en service du Franc Cfa dans les années 1945, la monnaie africaine commune à 15 pays du continent noir est toujours prisonnière de la politique de l’arrimage. Après avoir été arrimé au Franc français, la devise africaine est depuis l’entrée de la France dans la zone Euro, arrimée à l’Euro. Sur le marché des devises, 1 Euro s’échange contre 655 francs Cfa, un taux de change resté au même niveau depuis l’adoption de l’Euro en janvier 1999 par 11 pays à cette époque. Pour l’ancien ministre ivoirien du commerce, cette parité fixe entre l’Euro et le Franc Cfa pourrait avoir des graves répercussions financières sur le coût mondial du cacao, en raison du retrait de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. Mais les dirigeants défenseurs du franc Cfa soutiennent l’idée selon laquelle cette fixité est bénéfique à la zone monétaire car elle garantit une stabilité de la monnaie, même pendant les crises internationales. A titre de rappel, le Nigéria avait tenté l’expérience de l’arrimage en 2014 en endossant le Naira au Dollar. Mais deux ans plus tard, le Nigéria mettra fin à cette politique de fixité de sa monnaie avec le dollar américain, une décision qui a été saluée par plusieurs économistes du pays.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Mombasa plage

Mombasa : le plus beaux portails de l’Afrique de l’est

Patrice Talon danse comme jamais