in

Zimbabwe: Mugabe et son épouse arrêtés, le Vice-président déchu rappelé

Une transition politique est-elle en cours au Zimbabwe pour mettre un terme au règne de Robert Mugabe ? Difficile de le confirmer pour l’instant mais le Vice-président déchu a été rappelé selon une information officielle du parti du président zimbabwéen. L’armée contrôle depuis mardi nuit tous les points stratégiques de la capitale Harare.

La situation reste toujours confuse au Zimbabwe ce mercredi après l’intervention de plusieurs gradés de l’armée sur les antennes nationales. Dans la nuit du mardi 14 novembre, le général Sibusiso moyo a déclaré à la télévision nationale que cette sortie de l’armée n’était nullement liée à une quelconque tentative de ‘‘coup d’Etat contre le gouvernement’’ du président Robert Mugabe. Selon le gradé de l’armée zimbabwéenne, cette sortie des militaires dans les rues de la capitale vise plutôt à mettre la main sur certains ‘‘criminels’’ dans l’entourage du président. Ce mercredi matin, Trevor Ncube, le patron du Zimbabwe Independent a annoncé sur son compte Twitter l’arrestation de deux membres proches du parti de Robert Mugabe, Albert Ngulube, et Kudzai Chipanga, le président des jeunes de Zanu-PF, le parti politique du président zimbabwéen. Officiellement, les raisons de l’arrestation du leader des jeunes du parti de Mugabe n’ont pas été données, mais tout porte à croire que l’arrestation de Kudzai Chipanga serait lié à une de ses déclaration à la veille de sa mise aux arrêts. Dans la journée du mardi, il avait déclaré que les jeunes du parti étaient prêts à donner leur vie pour la cause du président Mugabe aujourd’hui âgé de 93 ans. Rappelons également que dans la nuit du mardi, des échanges de tirs autour de la résidence du chef d’Etat. L’armée confirme que le président Mugabe et sa famille sont ‘‘entre de bonnes mains’’, sans pour autant donner plus de précisions sur la suite des évènements.

L’armée toujours dans les rues de la capitale Harare

Malgré la tentative de coup d’Etat démentie sur les antennes de la télévision nationale, l’armée reste toujours postée aux points stratégiques de la capitale zimbabwéenne. Des véhicules blindés de l’armée ont pris position autour du siège de l’Assemblée Nationale. L’armée contrôle également ce mercredi le siège du parti au pouvoir et compte aussi un fort déploiement d’hommes et de blindés aux alentours des bureaux où se tiennent les rencontres entre Robert Mugabe et son gouvernement. Actuellement, le président Mugabe et son épouse sont entre les mains de l’armée qui contrôle entièrement la capitale Harare. Si la tentative de coup d’Etat a été formellement démentie par le général Sibusiso moyo, le Zimbabwe est probablement en route pour une transition démocratique pacifique, mettant ainsi fin au règne du panafricaniste Mugabe.

Le retour de l’ange déchu au Zimbabwe

Selon une information transmise par Zanu PF le parti de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa, le vice-président du Zimbabwe déchu il y’a une semaine, serait de retour pour assurer la transition en cours depuis mardi. Pour l’heure, l’armée n’a pas encore confirmé cette information. Le numéro 2 de Robert Mugabe qui était destiné à prendre les rênes du pouvoir après le règne de Mugabe a été limogé le 6 novembre dernier par le chef d’Etat qui l’accusait de ‘‘manque de loyauté’’ à son égard. Pour certains, ce limogeage était seulement un prétexte pour modifier les textes du parti afin de permettre à Grace Mugabe son épouse d’accéder au pouvoir après lui.

Bayiri patrie de St Pierre Yaméogo: l’histoire d’une sempiternelle problématique ivoiro-burkinabé

Marc Wilmots limogé par la FIF