in

Démission de Sidi Diallo (FIF): les présidents de clubs disent non

Confronté à une crise depuis la défaite des éléphants à Abidjan face au Maroc, Sidi Diallo tente de fédérer l’union autour de lui. Par réussi pour l’actuel président de fédération ivoirienne de football qui rencontrait les dirigeants de clubs de foot ivoirien le 21 novembre.

Les présidents de clubs de football en Côte d’Ivoire ont majoritairement réaffirmé leur soutien à Sidi Diallo, l’actuel dirigeant de la FIF. Fragilisé après la défaite des éléphants face au Maroc lors de la dernière journée des éliminatoires du mondial 2018, le président de la Fédération ivoirienne de football avait été portée vers la sortie par de nombreux supporters. Pour tenter d’apaiser la colère des ivoiriens furieux après l’éliminatoire de la Côte d’Ivoire par le Maroc d’Hervé Renard, le patron du football ivoirien avait limogé Marc Wilmots, mais insuffisant pour rassurer les supporters ivoiriens qui exigeaient également sa démission. Au cours d’une conférence de presse donnée lundi, Cheick Oumar Cissé a aussi exigé la démission de Sidi Diallo, appelant les dirigeants de clubs à prendre leurs responsabilités pour évincer le patron du football ivoirien. Mais cet appel lancé par l’ancien de l’Africa Sport n’a manifestement pas été entendu, puisque les dirigeants de clubs de football en Côte d’Ivoire ont massivement répondu à l’appel du président de la FIF. Au cours d’une réunion qu’ils ont eu mardi, les dirigeants de club ont en grande majorité réaffirmé leur soutien à Sidi Diallo, un soutien qui met au débat sur excluant la démission du dirigeant de la fédération ivoirienne de football.

Pas de démission pour Sidi Diallo

Alexis Vagba, le président de l’Africa Sport qui a succédé Cheikc Oumar Cissé, est l’un des principaux soutiens de Sidi Diallo. A la sortie de leur rencontre avec le président de la FIF, Alexis Vagba a balayé d’un revers de la main le débat autour de la démission de Sidi Diallo : « Le Président de la FIF nous a fait le bilan de la campagne des Eléphants au Mondial 2018. Il est également revenu sur ce qui s’est passé pendant le dernier match contre le Maroc. Il a fait son mea-culpa et il nous a présenté des excuses par rapport à l’élimination de la Côte d’Ivoire. Nous avons compris tout ce qui s’est passé. Nous n’allons pas toujours gagner. Quand nous gagnons, il faut le féliciter. Si nous perdons, nous devons aussi comprendre. Il faut se réunir. Il faut se ressouder pour repartir. Il n’est pas question de démission du Président. ». A l’instar du président de l’Africa Sport, plusieurs dirigeants de clubs de foot ont marqué leur opposition à un départ de Sidi Diallo, même s’il reste encore beaucoup à faire pour redonner au football ivoirien ses lettres de noblesse : « De façon unanime, nous lui avons exprimé notre solidarité et nous lui faisons confiance dans la prise de décisions en vue de bâtir une équipe nationale forte. », a souligné Laciné Diomandé qui représentait le PCA de l’ASI a cette rencontre avec Sidi Diallo. Repartir sur de nouvelles bases, tel est le maître-mot de la réunion que le président de la FIF a tenu avec les responsables de clubs de foot. Pour cela, il faudrait d’abord trouver un sélectionneur aux éléphants pour succéder à Marc Wilmots arrivé en mars dernier. Beaucoup pour sa tendance à privilégier les sélectionneurs étrangers en l’occurrence des occidentaux, toute la question est de savoir si Sidi Diallo va enfin se résoudre à confier les rênes de l’équipe nationale à un entraîneur ivoirien.

Ferre Gola en prison selon un proche de Koffi Olomide

En direct : Débat sur la Libye