in

Limogeage de Marc Wilmots: la FIF dément le chèque de 800.000 euros

Le limogeage de Marc Wilmots après la défaite des éléphants a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux. En cause, la prétendue indemnité de départ du belge qui aurait été fixée à 800.000 euros selon plusieurs médias, une information démentie par la FIF à travers un communiqué.

Marc Wilmot a été limogé de son poste de sélectionneur des éléphants de Côte d’Ivoire après un accord à l’amiable passé avec la FIF. Mais depuis le départ de l’entraîneur belge, les spéculations vont bon train concernant l’indemnité versée au tacticien belge par la fédération ivoirienne de football. Limogé après seulement 7 mois passés à la tête des éléphants, Marc Wilmots aurait reçu de Sidi Diallo la bagatelle de 800.000 euros pour la résiliation de son contrat de 2 ans. Cette information véhiculée par plusieurs médias a poussé la FIF à sortir de son silence pour donner plus de détails sur les conditions de départ de l’entraîneur belge via un communiqué : « A la suite d’un communiqué rendu public le 14 novembre 2017, la fédération ivoirienne de football (FIF) a annoncé, d’accord mutuel avec Monsieur Marc Wilmots, sélectionneur des éléphants, la fin de leur collaboration. Depuis cette date, pour la FIF dans son communiqué, la rumeur et de nombreuses sources avancent des chiffres erronés, ayant trait prétendument au salaire de Monsieur Wilmots, ainsi qu’aux indemnités que la FIF aurait consenti à lui payer. La FIF rassure l’opinion nationale que la bonne intelligence qui a prévalu aux discussions avec Monsieur Marc Wilmots, a abouti au bénéfice des deux parties. », explique la fédération ivoirienne de football. Toutefois, l’instance dirigée par Sidi Diallo n’a pas indiqué le montant de l’indemnité perçue par Wilmots lors de son limogeage après la défaite des éléphants face au Maroc le 11 novembre dernier à Abidjan.

L’affaire Wilmots toujours d’actualité

Les détails de l’accord passé avec Wilmots pour négocier son départ restent toujours un mystère pour les ivoiriens, même si la FIF tente de rassurer l’opinion nationale en apportant un démenti aux informations véhiculées par la presse ivoirienne. De l’avis de certains supporters, il aurait été plus judicieux, dans un souci de transparence, pour la fédération ivoirienne de football de dévoiler le montant de l’indemnité de départ versée au belge. Dans ce cadre de cette affaire, rappelons que le média Jeune Afrique a révélé que l’entraîneur aurait touché la mirobolante somme de 800.000 euros de la FIF. Quoi qu’il en soit, le communiqué de la FIF ne clos pas le débat sur l’indemnité de départ touchée par Wilmots après son limogeage le 14 novembre dernier, lui qui était parmi les entraîneurs les mieux payés du continent avec un salaire mensuel compris entre 80.000 et 100.000 euros. Mais il faudra malheureusement tourner la page Wilmots le plus tôt possible car les éléphants de Côte d’Ivoire sont actuellement en quête d’un entraîneur. Vu le budget dépensé ces dernières années pour obtenir le service d’entraîneurs étrangers, il est largement probable que la FIF se tourne désormais vers les sélectionneurs ivoiriens dont certains ont déjà manifesté leur intérêt pour la sélection nationale ivoirienne.

Aristide Bancé rejette la paternité de l’enfant de Claire Bahi

Côte d’Ivoire : Voici les nouvelles dates et le programme des soutenances du BTS 2017