in

Ghana : un cadavre déterré à cause de 20 Cedis

Fait pour le moins insolite au Ghana, plus précisément dans une localité située dans l’Est du pays où un cadavre a été déterré pour la modique somme de 20 cedis, seulement deux semaines après avoir été enterré.

Scène surréaliste au Ghana, à Old Tafo, une localité située dans le district municipal d’Akim. Le cadavre du dénommé Kwame Korankye Nkansah a été déterré par un individu répondant au nom d’Attah, à cause d’une dette dont le montant s’élève à 20 Cedis, soit environ 4 euros ou encore l’équivalent de 2500 francs en Cfa. L’exhumeur de tombe a été pris en flagrant délit par un groupe de jeunes. Ces derniers ne se sont pas privés de donner une bonne correction à l’exhumeur, avant de l’interroger sur les raisons qui l’ont poussé à vouloir déterrer le cadavre du défunt Kwame Korankye Nkansah. En réponse, l’homme a fait savoir que la famille du défunt lui devait la somme de 20 Cedis, arguant qu’il avait participé à l’enterrement en tant que porteur de la dépouille sans être rémunéré. Il a donc déterré le corps enterré il y’a environ deux semaines pour la simple raison d’une dette dérisoire que la famille du défunt ne reconnais guère. Cette réponse insatisfaisante donnée par l’exhumeur de cadavre a donné lieu à un nouveau lynchage à l’issue duquel il passera à de nouveaux aveux. Pour justifier son acte, le dénommé Attah a cette fois expliqué qu’il avait déterré le corps de Kwame Korankye Nkansah sur ordre de certains ritualistes qui lui auraient demandé des organes humains en échange d’une forte somme d’argent. L’exhumeur n’est toutefois pas parvenu à ses fins puisqu’il sera arrêté surpris à temps par des riverains pendant qu’il tentait de casser la dalle de béton qui avait été coulée sur la tombe du dénommé Kwame Korankye Nkansah. Après cette correction, les jeunes ayant intercepté l’exhumeur l’ont remis à la disposition de la police pour nécessité d’enquête. Aucune information supplémentaire n’a encore été donnée par la police certains témoins de la scène ont expliqué que l’homme pourrait être mentalement instable, ce qui l’aurait poussé à vouloir déterré un corps qui était déjà en putréfaction, qui plus est sans même se mettre à l’abri des regards. De leur côté, les parents du défunt ont expliqué n’avoir jamais été en contact avec l’exhumeur qui pour la modique somme de 20 Cedis, a perturbé le séjour tombal du défunt Kwame Korankye Nkansah.

L’exhumation des tombes, pas seulement qu’au Ghana

Si pour l’instant on ignore les raisons réelles qui ont poussé le dénommé Attah à vouloir exhumer le corps de Kwame Korankye Nkansah, il faut toutefois remarquer que cette pratique n’est pas un fait anodin au Ghana, et même dans la plupart des pays de la sous-région ouest africaine. En échange d’une grosse somme d’argent, certains individus, majoritairement des personnes nanties exigent des organes humains pour des sacrifices. Pour cela, ils entrent le plus souvent en contact avec quelques employés véreux travaillant dans les cimetières pour se procurer ces organes. Même si le cas du dénommé Attah ressemble manifestement à un acte isolé, l’exhumation des corps à l’insu des familles des défunts pour des rituels est une réalité au Ghana comme dans bon nombre de pays d’Afrique de l’ouest.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

La fête de Noël annulée à Nazareth à cause de Donald Trump

Tex viré des Z amours après une blague sur les violences conjugales