in

Les forêts décimées par la culture du cacao en Côte d’Ivoire

L’or brunâtre de la Côte d’Ivoire a en fait lentement endommagé les forêts nationales et protégé les forêts. Au même moment, les incertitudes de la corruption polluent les efforts des autorités pour réprimer l’exploitation forestière généralisée.

Ferme de cacao en Côte d'Ivoire

Des camions remplis de rondins se débattent avec la route défoncée le long des limites de la forêt nationale de Marahoué entre les communautés de Bouaflé et Daloa. Lorsqu’il a été initialement d’attribué un parc en 1968, il affichait 101 000 hectares de bois et abritait également d’abondants animaux de troupeaux d’éléphants, d’hippopotames et de primates.
Certains arbres restent sur le bord de la route, mais les fermes de cacao interdits sont effectivement entrés dans l’emplacement, décimant les animaux ainsi que les plantes. Les vains efforts déployés dans le cadre du tourisme, en partie financé par l’Union européenne, ont en fait perdu leur temps à être désaffectés.

«Dans le parc, il n’y a plus rien, disons au revoir aux animaux de compagnie, ils sont tous partis»,

jabbers Jean-Baptiste Irie Bi Irié, un soignant de Dianfa, dans les villes voisines de Marahoué où la plupart des habitants doivent leur source de revenus à l’élevage de fèves de chocolat.

“Les antilopes, les éléphants, les primates, les buffles, ils sont tous partis.”

La destruction du parc naturel entièrement sécurisé a commencé plus tôt que prévu. A l’époque, une poignée de producteurs de chocolat ont été élaborés dans le futur livre ainsi que, à défaut de tout type de remède de réinstallation, ils sont restés allumés. Le développement des haciendas en fonction de l’arrivée de planteurs flambant neufs a provoqué la destruction constante de la couverture boisée, dont seuls subsistent aujourd’hui les vestiges.

La situation économique du cacao

Kouadio N’Guessan, une cinquantaine d’années, cultive quelques hectares de chocolats dans les limites de la forêt nationale de Marahoué.

“Ma maison est apparue en 1958”,

décrit-il. Dans sa ville, une poignée de planteurs de cacao vivent de la vente de leurs articles dans la ville de Bouaflé, où les frets de haricots sont ensuite transférés aux ports d’Abidjan ou de San Pedro, avant de partir pour le marché mondial.

“Mais ce n’est pas vraiment une composante du parc, ça commence encore plus loin”, affirme Kouadio N’Guessan.

L’élevage de cacao pourrait être interdit, mais il prévaut. De même que la situation économique du cacao est devenue une composante du paysage.
Pour avoir le droit de cultiver une histoire, les planteurs internationaux – principalement du Burkina Faso – doivent payer aux populations régionales un montant compris entre 75 000 et 150 000 FCFA (115 à 230 euros) en fonction de la qualité du terrain.
«Dans les parcs comme dans les forêts identifiées, le chocolat se développe beaucoup mieux et la matière des haricots est bien meilleure, c’est pourquoi les planteurs s’y résolvent», explique Fatmé Ghaddar, qui dirige une chocolaterie basée à Malé. Ceux-là aussi bien à dépenser pour une histoire donnant en location leurs solutions de manœuvres de ranch pour des revenus incroyablement réduits, autour de 400 euros par an.
Le scénario de la forêt nationale de Marahoué n’est pas une exception en Côte d’Ivoire, où il prévaut pour que les lieux sauvegardés se régalent de la croissance de la culture du cacao, principale source de la nation.
Au cours des années précédentes, l’exploitation forestière a endommagé près de 2,1 millions d’hectares de bois, à tout le moins un tiers qui est directement lié à la culture du cacao. Ainsi que la photo totale considérant que 1960 est également plus sombre … La Côte d’Ivoire a en réalité endommagé les trois quarts de sa couverture boisée en raison du temps.
En outre, cette exploitation forestière généralisée reste pour soutenir le climat économique de la nation. Le cacao représente environ 40% des revenus d’exportation du pays ainsi que 10% du PIB (PIB). Il offre un revenu à quelque 6 millions d’Ivoiriens.

Expulsions et corruption

Dans la seule forêt nationale de Marahoué, des dizaines de milliers d’individus vivent actuellement des vignes de chocolat qui ont coudoyé dans la majorité du parc. Néanmoins, les pressions politiques pour mettre un terme à la détérioration des forêts ivoiriennes ont récemment fait un bond, en particulier suite à l’Arrangement de Paris sur la modification de l’environnement.
Cela a en fait motivé le gouvernement fédéral ivoirien à prendre des initiatives pour mettre de l’ordre dans son combat contre l’exploitation forestière et, finalement, COP23, il s’est inscrit au Cacao et à Woodlands Effort, qui réunit les deux principales nations productrices de cacao: la Côte d’Ivoire. comme la Guinée, les meilleurs chocolatiers du monde et des entreprises de cacao, ainsi que des stars de la culture civile autour d’un programme habituel.
Un effort commémoré à Bonn en novembre dernier, indépendamment d’un certain niveau de ressentiment.

“Puisque tout le bois a disparu, il est facile de consentir à le protéger”,

a dit un écologiste dans le cadre des séminaires sur l’environnement.
Dans la forêt nationale de Marahoué, la bataille contre la détérioration a néanmoins gagné du terrain au cours des derniers mois.

Les agents américains des États-Unis recommandent que Trump consulte les leaders en Éthiopie après le commentaire «shithole».

Ariel Sheney : Colette, l’autre face de Dj Arafat ?