in

Marche #MeToo : 1 million de femme dans le centre de Toronto

Des milliers de personnes sont retournés au centre-ville de Toronto samedi avec une énergie renouvelée pour le changement au sein de l’activité #MeToo.

Manifestation #Me-Too
Source Photo : BuzzFeed News/Lauren Sorge/@Lauren_Sorge

Alors que l’occasion de Toronto souligne l’anniversaire de la Marche des femmes à Washington DC, les organisateurs ont défendu les droits juridiques équivalents ainsi que l’égalité des droits pour les femmes grâce à la motion #MeToo.

«Il y a un regain d’optimisme quant à la possibilité d’un changement, et je présume également que les gens ont l’intention de révéler leur aide à cet égard», a déclaré Kavita Dogra, une organisatrice de la marche de Toronto.

En 2015, plus d’un million de femmes ont marché sur Washington ainsi que dans une série de marches d’uniformité dans des villes partout au Canada et partout dans le monde pour protester contre l’investiture de Donald Trump en tant que chef d’État américain.
Considérant que, après cela, Dogra clarifie le soulèvement #MeToo qui a poussé les avances sexuelles non désirées et les abus en vedette a produit un sens renouvelé de l’ambition pour la modification sociale et politique des droits des dames qui a déplacé Trump.

«Nous espérons que les gens seront motivés à faire quelque chose à ce sujet, à maintenir l’activité en marche, en essayant de développer une ville qui soit bonne pour tout le monde», a déclaré Dogra.
Bianca Spence, une coordinatrice de la marche de Toronto, affirme qu’elle a également vu cela. Au cours de 2014, elle clarifie plus de personnes ont obtenu impliqué dans leurs communautés et aussi défendre les droits des femmes en tant que résultat de #MeToo.

«Je crois que l’énergie change et je crois que la conversation change», a-t-elle déclaré.

Source Vidéo : Buzzfeed News

«La marche de 2014 visait vraiment la résistance contre la présidence Trump, mais nous avons en fait tenté de la transformer et de la ramener à la maison, puisque nous avons en fait nos propres problèmes à Toronto.
Janelle Hinds, une diplômée en ingénierie de 25 ans, est l’une des filles qui a pris la parole ce samedi 20 Janvier au Nathan Phillips Square.

Elle a déclaré à CBC News que la Marche des femmes ainsi que l’activité #MeToo lui ont offert des débouchés pour son travail dans la défense d’un plus grand nombre de dames en science et en technologie.
Elle le fait depuis deux ans, et aussi “je commence à le sentir maintenant”, a déclaré Hinds.

«Je crois qu’il y a beaucoup d’élan.»

Hinds a déclaré que les femelles assistées féminines de March’s inaugurales se sentent beaucoup plus encouragées, et que #MeToo a fait sensation.

«Cent pour cent, je ne suppose pas que ça a fait long feu, si quelque chose vient d’être obtenu plus puissant», at-elle affirmé.

Union des Kamba Kenya

kenya : Edith Nyenze obtient le certificat électoral Wiper, promet d’unir le pays Kamba

Ghana : les jeunes Hohoe et Buem se heurtent pour une nouvelle région