in

Investiture de George Weah : les défis du nouveau président libérien

L’investiture de George Weah, nouveau président du Libéria a lieu ce lundi 22 janvier dans la capitale Monrovia. L’élection de l’ancien footballeur à la tête du pays ouvre une nouvelle ère pour le pays qui connaît sa première vraie transition démocratique depuis plus de 50 ans.

Un nouveau jour se lève au Libéria avec l’investiture de George Weah ce lundi 22 septembre comme le nouveau président du Libéria. Elu lors du second tour de la présidentielle libérienne qui s’est tenue le 26 décembre dernier, l’ancien ballon d’or africain prendra officiellement ses fonctions aujourd’hui. Arrivé en tête du scrutin présidentiel avec 61,5% des votes, George Weah devra relever de nombreux challenges pour son quinquennat à la tête du pays. Le successeur d’Ellen Sirleaf Johnson, première femme à devenir présidente en Afrique réussir à réconcilier un pays décimé par la guerre civile depuis des années. Si le pays renoue progressivement avec l’alternance démocratique, à en juger par l’élection de Sirleaf Johnson puis l’élection la brillante victoire de Weah, le processus démocratique reste encore fragile dans ce pays qui se classe parmi les plus pauvres en Afrique de l’Ouest. L’un des défis majeurs du nouveau président consistera à la démilitarisation complète des 15 comtés que compte le pays. Ces dernières années, plusieurs tentatives de déstabilisation de la Côte d’Ivoire au niveau de l’ouest ont été perpétrées par des milices libériennes, profitant souvent de la porosité de la frontière ivoiro-libérienne. En plus du défi sécuritaire, il y’a l’épineuse question de la relance économique du Libéria. En deux mandats, le bilan de l’économiste Ellen Sirleaf Johnson est loin des attentes du peuple libérien. A ce jour, le PIB du Libéria frôle à peine les 2,2 milliards de dollars et classe le PIB en 13e position des puissances économiques ouest africaines.

La relance de l’économie au cœur du quinquennat de Weah

Permettre aux libériens de mieux vivre grâce à une meilleure redistribution des ressources du pays, tel est le chantier que devra relever George Weah à compter de son investiture jusqu’à la fin de son mandat présidentiel. Le Libéria se classe aujourd’hui parmi les 20 plus gros producteurs de diamant au monde, plus précisément à la seizième place. L’économie du pays repose également sur la production de cacao et de café. Le pays dispose aussi d’un sous-sol riche en fer et figure parmi les plus grands producteurs de latex sur le continent. Et en plus des nombreuses ressources, le Liberia est considéré comme l’un des plus grands paradis fiscaux de la planète, une situation qui génère des revenus sans précédents pour le pays. En dépit de toutes ces ressources dont dispose le pays, le Libéria ne figure pas dans le classement des dix pays les plus riches de la CEDEAO. Pour relever les nombreux défis qui l’attendent après son investiture, George Weah pourra compter sur le soutien de l’ancienne première dame libérienne, Jewel Howard-Taylor aujourd’hui Vice-présidente du pays. L’influence de la colistière du nouveau président libérien est connue de tous au pays. Malgré ce soutien, George Weah manque de notoriété sur la scène diplomatique, même si carrière de footballeur est déjà un véritable coup de pouce pour la conquête de la scène diplomatique.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Fin du sida en Afrique

La fin du sida en Afrique?

CHAN 2018 : Côte d’Ivoire Ouganda, l’honneur des éléphants en jeu