in

Cacao contrebande : Côte d’Ivoire et le Ghana se rejettent la faute

Selon le rapport, le cacao du pays ouest-africain a été mis en quarantaine en raison de ses implications sanitaires

Le journal Chronicle a rapporté que le cacao du Ghana ne répond pas aux normes établies par la loi japonaise sur l’hygiène alimentaire

M. Akandoh a déclaré au chef Jerry Forson, hôte de Ghana Yensom sur Accra 100.5 FM le mercredi 24 janvier, que: « Aujourd’hui, nous entendons dire que notre cacao est rejeté par le Japon, je peux vous dire qu’environ 50% du cacao rejeté est de Côte d’Ivoire et non du Ghana.»
Lire aussi :
> Les forêts décimées par la culture du cacao en Côte d’Ivoire
> Cacao ivoirien: Suppression des taxes à l’exportation
Ses commentaires font suite à des rapports selon lesquels le Japon a rejeté le cacao ghanéen en raison de l’utilisation excessive de produits chimiques pour cultiver la culture.

Selon lui, le gouvernement actuel a délibérément créé des défaillances aux points d’entrée dans le pays pour permettre aux ressortissants étrangers de faire passer leur cacao au Ghana.

Le député de Juaboso, Kwabena Minkah Akandoh, a déclaré qu’environ 50% du cacao ghanéen rejeté par le Japon était entré au Ghana en provenance de la Côte d’Ivoire.

«Par exemple, en ce moment même, ils abattent les cacaoyers, mais le gouvernement dit vouloir améliorer les rendements: comment peut-on améliorer le rendement au moment où l’on coupe les arbres pour rien?»

Par ailleurs, Nana Oboadie Opambuor Boateng II, présidente de l’Association des producteurs de cacao préoccupés, a déclaré que les responsables du Conseil du cacao du Ghana (COCOBOD) ne parviennent pas à répondre aux attentes.

« Ce gouvernement pense qu’il n’est pas juste que les gens fassent passer du cacao dans les pays voisins, mais il est acceptable que ceux qui se trouvent dans les pays voisins entrent clandestinement au Ghana, ce qui a provoqué le rejet du cacao par les pays voisins. Japon. »

« Les responsables du COCOBOD dorment sur le tas et c’est très perturbant, ce problème devrait être blâmé par les responsables du COCOBOD », a-t-il dit.

Selon lui, l’échec de ces fonctionnaires à travailler dans l’intérêt des agriculteurs, a entraîné certains des problèmes auxquels le secteur est confronté.

« Pour l’avenir, je pense que nous avons besoin d’une politique ou d’une loi qui guidera le COCOBOD quand il décidera de couper les cacaoyers », a-t-il déclaré à l’animateur Forson.

Augmentation chiffre d’affaires du secteur minier ivoirien de 11,5% en 2017.

Bill Gates déclare : Donald Trump pourrait nuire à l’impact des États-Unis en Afrique à long terme