in

Sommet de l’Union africaine : nouvelle approche pour lutter contre le terrorisme

Aucun pays, institution ou organisation n’a pu vaincre le terrorisme en Afrique ou ailleurs, a déclaré samedi le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d’une conférence unique du Conseil de sécurité et de tranquillité de l’Union africaine à Addis Abéba

Il a demandé une technique continue, coopérative et collaborative pour s’attaquer à cette menace complexe et en constante évolution.

«L’Union africaine (UA) est un compagnon crucial pour faire face à l’obstacle international posé par les équipes terroristes», a déclaré M. Guterres,

ajoutant qu’il avait en fait besoin d’un plus grand système de collaboration avec l’UA, et il est fier Nous construisons certainement cette plateforme à travers la variété d’obstacles et d’opportunités auxquels le continent est confronté.

Il a rappelé qu’en avril 2017, les deux organisations ont signé le Cadre commun ONU-UA pour une meilleure collaboration en matière de paix et de protection, qui inclut la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’arrêt de l’extrémisme violent.

«Je pense que ce travail peut également être renforcé par un mémorandum d’accord établissant une feuille de route pour la collaboration future ainsi qu’une aide au renforcement des capacités pour lutter contre le terrorisme dans le cadre de ce cadre», a-t-il déclaré.

L’une des toutes premières réformes que M. Guterres a institué en tant que Secrétaire général a été la création de l’ONU contre le terrorisme, qui, a-t-il dit, a fonctionné très étroitement avec le sommet de l’UA et d’autres partenaires pour créer des stratégies régionales. ainsi que l’activité à l’échelle nationale se préparer à éviter le terrorisme et aussi l’extrémisme féroce dans la Corne de l’Afrique ainsi que l’Afrique, ainsi que l’Afrique centrale et aussi le sud.

En regardant à l’avance, le chef de l’ONU a affirmé qu’il pensait qu’une méthode complète pour faire face à la menace transnationale du terrorisme en Afrique peut être développée autour de 4 grandes priorités:

En traitant la déficience de la collaboration antiterroriste mondiale aux niveaux mondial, régional et national. M. Guterres va certainement rassembler en juin les tous premiers organes de haut niveau des agences antiterroristes des Nations Unies afin d’améliorer les préoccupations des États participants ainsi que sa discussion d’aujourd’hui;
Amélioration de l’adoption des instruments, des conventions et des procédures juridiques anti-terroristes existants;
S’attaquer aux causes profondes ainsi qu’aux problèmes cachés, y compris l’absence d’opportunités économiques, la misère, la marginalisation, l’exemption et la discrimination; aussi bien que
Positionner l’accent sur l’augmentation des opportunités pour les jeunes en particulier parce que les jeunes de moins de 25 ans forment le plus grand groupe démographique de la plupart des pays en développement et sont souvent les plus menacés d’être recrutés et radicalisés par les terroristes.
Soulignant que le terrorisme n’est pas seulement une menace pour la tranquillité et la protection, mais aussi pour une croissance durable, M. Guterres a appelé l’espace international à mobiliser des ressources au nom des pays africains qui s’efforcent de stabiliser la sécurité et la croissance.

«Nous sommes confrontés à un défi de taille, mais je crois que c’est un défi que nous pouvons relever avec une uniformité, une action typique et une volonté commune», a-t-il déclaré.

Côte d’Ivoire : arrestation de six contrebandier pour trafic d’espèces protégées

Tomber Malade infection viral

Pourquoi les maladies sont fréquentes en hiver ?