in

Hambol Côte d’Ivoire : les pro-Billon manifestent contre la nomination de Konaté Kalil

Des jeunes de la région du Hambol sont descendus dans les rues pour protester contre la nomination de Konaté Kalil par décret ministériel.

Le nouveau président du conseil régional du Hambol ne fait encore l’unanimité dans la région. Nommé comme le successeur de Jean-Louis Billon il y’a quelques semaines, Kalil Ibrahim Konaté fait déjà face à sa première grogne populaire.

Fin de semaine dernière, des jeunes opposés à la nomination du nouveau président du conseil régional ont manifesté dans le Hambol brandissant des pancartes ‘‘élection n’est pas nomination’’, en référence à la destitution de Jean-Louis Billon l’année dernière pourtant élu sous la bannière du RHDP en 2013. C’est en Juillet 2017 que l’ancien ministre, élu à la tête du conseil régional de la région du Hambol en Côte d’Ivoire en 2013, a été destitué de son poste par un arrêté du ministre de l’insécurité. Selon le camp du ministre déchu, à savoir le PDCI, aucune raison valable n’avait été évoquée pour justifier cette suspension de Billon. Courant janvier 2018, le ministère de l’intérieur annonce la succession de l’ancien ministre du commerce à travers un nouvel arrêté. Le Patron du Groupe SIFCA est remplacé, selon l’arrêté ministériel, par Kalil Konaté Ibrahim, un candidat malheureux qu’il avait affronté en 2013 lors des élections régionales en Côte d’Ivoire. Ce dernier siégeait en tant que conseiller mais manquera 15 des 16 sessions tenues sous la présidence de Billon, des absences qui d’après l’ancien ministre devraient plutôt conduire à une destitution de Kalil Konaté qu’à sa nouvelle nomination. Malgré la ferme opposition de Billon à cette nomination, Ibrahim Kalil Konaté a été intronisé comme nouveau président du conseil régional du Hambol, une nomination que les partisans de l’ancien ministre dénoncent également, d’autant plus qu’il s’agit d’un poste électif. A l’approche des nouvelles élections régionales prévues pour cette année, les crispations entre les deux principaux alliés au sein du RHDP gagnent de l’intensité, en dépit de la volonté affichée des présidents Bédié et Ouattara d’aller vers le parti unifié. La suspension de Billon par arrêté ministériel jette encore de l’huile sur le feu entre les deux alliés.

La nomination de Kalil Konaté illégale selon Billon

Dans une interview qu’il avait accordée à un média de la place, Jean-Louis Billon s’était attelé à démontrer le caractère illégal de la nomination de Kalil Konaté à la présidence du conseil régional du Hambol : « J’ai été élu légalement et sans contestation. Donc je reste le président du Conseil régional du Hambol. La décision qui a été prise depuis le départ est une décision illégale. Elle n’est donc opposable ni à moi ni aux tiers. Elle a été prise au mépris des textes qui régissent les Conseils régionaux. », expliquait il y’a deux semaines l’ancien ministre du commerce en Côte d’Ivoire. Billon s’insurge également contre le fait qu’un élu du peuple soit destitué pour être remplacé par une personnalité nommée, au mépris de la volonté exprimée par les populations du Hambol en 2013 : « De quel droit le ministre de l’Intérieur se permet-il de désigner un conseiller pour assurer la présidence d’un Conseil régional ? De quel droit se permet le ministre ? Il faut faire attention à ne pas fragiliser l’Etat de droit alors que nous parlons d’une institution d’élus ».

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Exclusif: Laure-Anaïs Abidal Miss Martinique par Eugénie

L’ANC de l’Afrique du Sud examinera l’avenir de Zuma