in

Violences à Blolequin : six mesures adoptées en conseil des ministres

2 morts, 3 blessés, Bloléquin panse ses plaies après une semaine marquée de violence inouïe entre populations et la gendarmerie de la localité

Deux morts et trois blessés, c’est le triste bilan des violences survenues il y’a quelques jours à Blolequin, une localité située dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. A l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu mercredi, six mesures ont été adoptées par le gouvernement pour ramener définitivement la paix dans la localité.

Blolequin, localité située dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, a été le théâtre de violences inouïes qui ont fait deux morts et trois blessés de source officielle. Selon les premiers témoignages rendus sur ces échauffourées, tout serait parti du contrôle d’une moto effectué par un gendarme. Pour des raisons qui restent encore inconnues, ce dernier aurait abattu d’une balle le propriétaire de la moto. En représailles à cet acte commis par le gendarme ivoirien, ‘‘les gendarmes ont été pris à partie par un groupe de jeunes et l’un d’eux a été lynché à mort’’, explique le porte-parole du gouvernement. Le bilan officiel de ces violences fait également état de plusieurs biens matériels partis en fumée, en plus des 2 morts et 3 blessés dénombré dans les violences survenues à Blolequin. Au titre des biens matériels partis en fumée, la brigade de gendarmerie de la localité qui a été incendiée par des jeunes, mais aussi « quatorze (14) résidences de gendarmes, les résidences du préfet et du sous-préfet, saccagées et pillées, deux (02) véhicules endommagés et quarante-deux (42) motos en fourrière à la brigade de Gendarmerie, incendiées ou emportées. », indique le ministre Bruno Koné. Plusieurs versions circulent concernant cet incident, à l’image de l’affaire du député Yah Touré qui avait été arrêté au motif d’avoir giflé une policière pendant l’exercice de ses fonctions. Pour faire toute la lumière sur cette affaire, le gouvernement a donc procéder à l’ouverture d’une enquête conjointement mené par la police judiciaire et la section de Recherche de la Gendarmerie Nationale. Les conclusions de cette enquête devraient être connues d’ici peu. Grâce aux efforts communs des autorités administratives et coutumières de la localité, le calme est de retour depuis quelques jours dans la ville. Au regard des violences qui ont prévalu dans la localité de Blolequin, plusieurs mesures ont été arrêtées par le gouvernement à l’issue du conseil des ministres.

Les décisions du gouvernement face aux violences de Blolequin

Avant les mesures prises au conseil des ministres, le ministre de l’intérieur et de la sécurité a déclaré que les auteurs des violences survenues dans la localité de Blolequin faisaient l’objet d’une recherche pour être traduits devant la justice. A l’issue du conseil des ministres, les décisions suivantes ont été arrêtées : «
• le maintien du dispositif renforcé de sécurité dans la zone
• le redéploiement de toutes les autorités préfectorales de Bloléquin
• le déplacement de tous les gendarmes ayant plus de quatre (04) ans de présence dans la localité, soit dix-huit (18) gendarmes sur les trente et un (31)
• le démantèlement définitif de tous les barrages anarchiques
• la conduite d’une opération de ratissage afin de récupérer les armes illégalement détenues dans la zone
• l’ouverture d’un Commissariat de police à Bloléquin dans un bref délai. »
Selon le porte-parole du gouvernement, le chef de l’Etat devrait s’adresser également à toute la nation ivoirienne concernant les faits survenus à Blolequin et autres types de violences survenues en Côte d’Ivoire ces derniers mois.

Fin du franc cfa

CEDEAO Accra : la fin possible du franc CFA ?

Corps flottant découvert lagune

Côte d’Ivoire : un corps flottant découvert à la gare lagunaire du Plateau