in

Côte d’Ivoire : Top départ du dépôt des dossiers pour les sénatoriales

Le mercredi 21 février, six décrets ont été adoptés en conseil de ministres concernant l’organisation des élections sénatoriales.

Ces six décrets portent sur les aspects techniques autant que sur la composition du collège électoral. L’élection sénatoriale aura lieu dans chaque région ainsi que dans les deux districts autonomes. Les futurs sénateurs seront élus au suffrage universel direct, en tout cas pour 1/3 d’entre eux si on se fie aux prérogatives en la matière. Charge reviendrait au Président de la République de nommer les 2/3 restants de la chambre.

Ce vendredi 23 février a été désigné comme la date butoir du dépôt des dossiers de candidatures pour tous ceux qui veulent accéder au sénat. La période de dépôts est donc ouverte et elle devrait s’achever le 9 mars prochain. Au-delà, les candidatures devraient être tout simplement rejetées sans autre justificatif.

Le gouvernement a décidé de l’organisation des sénatoriales

Hier un conseil des ministres s’est tenu au palais présidentiel pour statuer de l’organisation des prochaines élections sénatoriales. Au terme de ce conseil des ministres 6 décrets ont été pris relativement à l’organisation des sénatoriales. Le premier décret porte sur la convocation du conseil électoral. Ce dernier doit se réunir pour l’élection le 24 mars prochain pour élire les premiers sénateurs de Côte d’Ivoire. Cinq autres décrets ont statué sur d’autres sujets à savoir le nombre de bureaux de vote ou encore la durée de la campagne électorale. Sur ce point-ci, le gouvernement a établi que cette campagne sera ouverte le lundi 19 mars à zéro heure zéro minute et close le jeudi 22 mars 2018 à minuit. A présent que la période des élections et le temps des campagnes sont fixés, il reste à savoir quand les candidats pourront commencer à déposer leurs dossiers.

La course est lancée pour les futurs sénateurs

Les futurs sénateurs de la République de Côte d’Ivoire sont fixés sur le début du dépôt des dossiers de candidatures. Le vendredi 23 février a été choisi comme la date du début du dépôt des dossiers. Dès ce jour donc, les potentiels sénateurs pourront faire parvenir au conseil électoral les documents demandés pour être éligibles. Ils auront jusqu’au 9 mars à minuit, date de clôture du dépôt des dossiers de candidatures. S’ils sont élus, ils siégeront au sénat, la deuxième chambre du parlement ivoirienne, instituée par la constitution de la 3e République. En tout il est prévu 33 lieux de vote et 35 bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire nationale. Toutes les régions sont concernées, mais également les deux districts autonomes que sont Abidjan et Yamoussoukro.

L’opposition n’est pas d’accord de la procédure adoptée

L’annonce du programme des élections sénatoriales n’est pas du goût de l’opposition. Celle-ci rejette l’ordonnance du Président Alassane Dramane Ouattara. Cette opposition dénonce une violation de la constitution ivoirienne. Dix-sept partis dont le Front Populaire de Laurent Gbagbo jugent la manière prise par le gouvernement, pour annoncer les élections, très irrégulière. Alassane Ouattara et son gouvernement auraient décidé, unilatéralement et en solitaire, la tenue des élections sénatoriales. « Comment le chef de l’Etat peut-il s’arroger un pouvoir qu’il n’a pas au regard de la constitution et pour lequel il n’a pas reçu une habilitation de l’assemblée nationale ? Comment Mr Ouattara et son régime peuvent-ils avoir autant de mépris pour la constitution qu’ils ont eux-mêmes élaborée et fait adopter il y a peu dans les conditions qu’on sait ? Pourquoi passer outre l’Assemblée nationale alors qu’elle est bien en place ? », s’est interrogé Martial Ahipeaud porte-parole de cette coalition.
Les six décrets étant déjà adoptés, il est évidemment que les plaintes de l’opposition resteront lettre morte. La forme avec laquelle les élections ont été annoncées poussera encore surement certains partis d’opposition à boycotter ces élections. Il serait, peut-être, raisonnable pour cette coalition de se résoudre au fait accompli et de s’assurer que le vote se passe dans les conditions démocratiques. Quant aux futurs sénateurs ils doivent déjà s’activer afin de décrocher le Saint Graal au soir du 24 mars 2018.

Palmarès pays Côte d'Ivoire

La Côte d’Ivoire est le pays classé de la 6e économie la plus libre d’Afrique

G5 Sahel : conférence cruciale à Bruxelles ce vendredi