in

Crime rituel en Côte d’Ivoire: un élève de 9 ans tué à Korhogo

Alors que la Côte d’Ivoire se remet difficilement de la mort de Bouba, un autre crime rituel a été commis à Korhogo dans le nord du pays.

Vazoumana Coulibaly est la nouvelle d’un crime rituel commis en Côte d’Ivoire dans le nord du pays, plus précisément à Korhogo. Agé de 9 ans et inscrit en classe de CE1, le jeune élève a été arraché à l’affection de ses parents par un oncle aveuglé par la seule envie de devenir riche à tous les prix. Après avoir vidé son neveu de son sang, sieur Lassina Coulibaly a aussi arraché le sexe de l’adolescent de neuf ans.

C’est de nouveau l’indignation en Côte d’Ivoire suite à un nouveau crime rituel commis à Kadioha, un village situé dans la ville de Korhogo. Vazoumana Coulibaly, un élève inscrit en classe de CE1 et âgé de neuf ans, a été tué par son oncle répondant au nom de Lassina Coulibaly. Selon les premiers témoignages dont nous disposons sur ce nouveau sacrifice d’enfant, il rappelle trait pour trait le triste assassinat de Bouba, un garçon de quatre ans tué pour un rituel d’argent. Profitant de l’absence de presque tous les habitants du village qui vaquaient à leurs occupations champêtres, Lassina Coulibaly propose à son neveu de l’accompagner au champ. Se croyant à l’abri de tous les regards, l’oncle profitera de ce prétexte pour ôter la vie à l’élève de neuf ans. Dans la soirée, Lassina Coulibaly regagne son domicile sans être accompagné du pauvre Vazoumana Coulibaly. La famille de ce dernier s’organise donc pour repartir à la recherche de ce dernier, puisqu’il n’est pas rentré à son domicile la nuit tombée. Pour éviter d’être soupçonné, l’oncle prend même part aux recherches, des recherches qui déboucheront sur la macabre découverte du corps de l’enfant de 9 ans dans les broussailles, le sexe de Vazoumana Coulibaly arraché. Tout de suite, les parents comprennent  qu’il s’agit crime rituel. Pendant qu’ils pleurent la mort de leur enfant, une femme qui avait aperçu le jeune Vazoumana Coulibaly avec l’oncle avant que sa disparition ne soit signalée, interpelle la famille du défunt à ce sujet. Mais sieur Lassina Coulibaly niera en bloc toutes les accusations. Accablé par les interrogations, il tentera de prendre la fuite mais sera rattrapé par ses poursuivants qui le conduiront au poste de gendarmerie où il confessera son crime. Dans ses explications, Lassina Coulibaly expliqua avoir agi sur ordre d’un marabout, comme c’était le cas avec l’assassin du petit Bouba.

Les marabouts, ces invisibles complices d’enlèvement d’enfants

Lorsque le meurtrier de Bouba a été interpellé par la police, il avait cité le nom d’un marabout qui répondrait au nom de Mohamed, un résident du quartier Williamsville. Mais la police n’a jamais annoncé l’arrestation de ce dernier, encore moins affirmé si des recherches étaient en cours en vue de mettre la main sur ce mystérieux marabout, une des clés de l’affaire. Dans ce drame survenu à Korhogo, le criminel a aussi cité un marabout qui reste pour le moment introuvable. Tout comme l’assassin de Bouba, sieur Lassina Coulibaly aurait révélé aux gendarmes avoir agi ainsi pour devenir riche, des explications qu’une partie de l’opinion publique a du mal à croire.

Sacrifice d’enfant en Côte d’Ivoire : qui est derrière tout ça ?

Comment nous libérer du passé colonial?