in

Comment est vraiment morte Maëlys de Araujo ?

Des révélationS insupportables sur des fractures dont celle de la mâchoire on été rapporté par les enquêteurs. L’on en saurait un peu plus sur la mort de la petite Maëlys, près d’un mois après les aveux inédits de Nordahl Lelandais.

Découverte mort Maelys

Les analyses scientifiques ont été rondement menées pour faire parler les indices en la possession des enquêteurs. Ceux-ci avaient, le 14 février dernier, poussé le principal suspect, en l’occurrence Nordahl Lelandais, a passé à table. Le sang de Maëlys retrouvé dans le coffre de sa voiture par les experts de la gendarmerie a fortement contribué à faire avancer le dossier.

Dès lors tout partait pour connaitre une accélération, mais c’était sans compter avec la fragilité psychologique du présumé meurtrier. Détenu depuis dans un centre hospitalier de la région de Lyon pour être traité suite à son traumatisme post-aveu, Nordahl Lelandais avait eu l’occasion de soulager sa conscience le 22 février dernier. Malheureusement l’audition programmée ce jour-là tourna court, à cause d’une incapacité d’élocution du prévenu. A une semaine d’un nouvel interrogatoire, les enquêteurs, qui n’ont eu de cesse d’exploiter les indices de la scène de crime, pensent maintenant savoir comment la petite Maëlys a été tuée. Bien que leurs conclusions ne soient encore que des hypothèses, elles ont avec elle, la force de l’analyse médicale et scientifique. Voyons ensemble les derniers résultats des analyses effectuées sur les ossements de Maëlys de Araujo.

L’on sait que Maëlys a eu la mâchoire cassée

Lorsque Nordahl Lelandais avoue le meurtre de Maëlys le 14 février, il indique en plus l’emplacement du corps de la petite fille. Il n’en dira pas plus, ni sur la manière dont il l’a emmenée avec lui, ni comment il l’a tuée. Le jeudi 22 février, alors que l’on pensait qu’il ferait un aveu complet, l’audition est brusquement interrompue comme le prévenu était dans l’incapacité de prononcer un seul mot. En revanche il a promis de parler bientôt quand sa santé le permettrait. En complément du travail des juges, la gendarmerie locale fait des pieds et des mains pour faire parler les preuves recueillies sur les lieux du crime. Déjà, elle avait réussi à faire sortir de son silence Nordahl Lelandais en dénichant d’infimes taches de sang dans le coffre de sa voiture. Aujourd’hui, elle aurait trouvé un indice qui pourrait s’avérer capital pour la suite de l’enquête. C’est la chaîne française RTL qui délivre cette information d’une importance capitale. Le média confie qu’une première conclusion des analyses faites sur les ossements de Maëlys indique que sa mâchoire a été fracassée. Cette révélation ne constituerait pas pour autant une preuve indubitable que Nordahl Lelandais a porté un violent coup à Maëlys qui l’a tuée.

Peut-on conclure à un coup violent porté sur la petite

Les premières conclusions tirées des analyses révèlent, indubitablement, que la mâchoire de Maëlys a été fracassée. Cette fracture aurait pu causer la mort de la petite fille, mais les enquêteurs restent prudents pour l’instant. L’observation de cette prudence est commandée par des lectures différentes qui sont autant d’hypothèses. Une mâchoire fracturée ne voudrait pas forcément dire que Nordahl Lelandais lui a porté un violent coup pour lui donner la mort. Cette fracture soulève donc bien de questions sur les causes de la mort de Maëlys et les moyens utilisés par l’auteur du crime pour y parvenir. Le journal Le Dauphiné Libéré a relayé les propos d’une source judiciaire qui appelle à la précaution en ces termes : « Il faut rester très prudent » aurait affirmé cette source bien introduite. A l’en croire, cette fracture laisse envisager plusieurs hypothèses ou interprétations, plus justement trois. La première hypothèse serait que Nordahl Lelandais a porté un violent coup à sa victime, un coup peut être fatal. La deuxième suppose que la fracture a été causée par une chute cette nuit-là. La dernière interprétation veut que la mâchoire ait été brisée seulement au moment où Nordahl Lelandais jetait sa victime dans le ravin où on a trouvé son corps. En face d’une telle diversité de possibilités, des examens complémentaires sont nécessaires pour donner un avis définitif éclairé. Ces analyses additives pourraient aussi révéler bien d’autres constatations à savoir s’il y a eu ou non l’agression sexuelle.

Maëlys a-t-elle été agressée sexuellement

La possibilité d’une agression sexuelle est surement l’une des plus grandes craintes dans cette affaire. Vu le profil de l’individu, tracé ces derniers mois, il est à craindre que Maëlys ait subi des sévices corporelles comme un abus sexuel. Les recherches de la gendarmerie et les témoignages des amis et proches de Nordahl Lelandais ont révélé que l’individu développait quelques penchants sexuels inquiétants. L’ancien maître-chien aurait régulièrement consulté des sites gays et même fait quelques rencontres de ce type. Ce profil a contribué à le mettre en cause dans le meurtre du soldat Arthur Noyer. Celui-ci a été approché, aux dires de certains témoins, par Nordahl Lelandais dans une boîte de nuit du centre de Chambéry. L’on a aussi appris, grâce à l’analyse de l’ordinateur de Nordahl, qu’il visitait quelques sites de pédopornographie. Cette découverte rend possible l’hypothèse d’une violence sexuelle subie par Maëlys. Le site L’Internaute rapporte que Charles Agostini, médecin légiste de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie a émis un avis pessimiste sur la question de savoir si Maëlys a été sexuellement agressée ou non. Il pense qu’il sera difficile de déterminer si la victime a été sexuellement abusée ou non. « Impossible d’établir si la fillette a été victime de violences ou d’abus sexuels », avait déclaré l’expert. En effet la police scientifique pourrait ne pas parvenir à déceler des marques sur les ossements retrouvés. Néanmoins une analyse toxicologique pourrait relever la présence de substances toxicologiques pour savoir si elle a été droguée. Une telle découverte permettrait aux juges et aux enquêteurs de réaliser une excellente audition. Elle pourrait, en effet, pousser Nordahl Lelandais à parler à cœur ouvert, ou du moins, de faire quelques révélations pour se sortir d’embarras comme ce fut le cas le 14 février. Ce jour-là, la gendarmerie avait réussi à identifier des traces de sang appartenant à Maëlys dans la voiture du principal suspect. Si le profil sexuel de Nordahl Lelandais pourrait l’avoir conduit à violenter sexuellement Maëlys, il aurait pu aussi le pousser à s’attaquer au militaire Arthur Noyer.

Ce que Nordahl aurait confié sur le meurtre d’Arthur Noyer

Depuis l’ouverture du dossier Maëlys de Araujo, le meurtre d’Arthur Noyer connait quelques avancées. Les deux affaires semblent si liées que le moindre progrès du cas Maëlys fait avancer le dossier Arthur Noyer. Cette particularité judiciaire a d’ailleurs donné d’énormes motifs d’espoirs aux parents du soldat tué. Une nouvelle révélation vient certainement de les conforter dans leur intuition que Nordahl Lelandais est bel et bien le meurtrier de leur fils. L’on se souvient qu’en décembre 2017, les enquêteurs étaient parvenus à tracer le portable de Nordahl Lelandais la nuit de la disparition d’Arthur Noyer. Ils ont prouvé que le portable de la victime et celui de son meurtrier présumé avaient borné au même endroit ce soir-là. Aussi des témoins avaient, il y a des semaines, affirmé avoir vu Nordahl Lelandais aborder Arthur Noyer dans une discothèque du centre-ville de Chambéry. La gendarmerie a également retracé le chemin de Nordahl Lelandais de sorte qu’elle a pu établir qu’il rodait cette nuit-là dans les environs de Chambéry. Finalement le suspect a avoué qu’il a effectivement rencontré Arthur Noyer et même plus. Il a reconnu l’avoir pris en auto-stop alors qu’il rentrait chez lui. Le soldat devait rentrer à sa caserne militaire, comme il était de coutume. Pourtant, le bornage des téléphones a révélé que les deux hommes ne se trouvaient pas du tout sur le trajet de la caserne militaire. Au contraire ils se sont éloignés vers les localités d’Apremont et de Saint Baldoph qui ne sont pas sur le trajet de la caserne. Cet aveu tardif soulève bien des questions du côté des enquêteurs. Ces derniers se demandent pourquoi Nordahl Lelandais avait caché qu’il a fait monter Arthur Noyer dans son véhicule alors qu’il est le principal suspect dans cette affaire ? Certains observateurs pensent qu’il tenterait encore de jouer la montre avec les enquêteurs.

A quand la prochaine audition de Nordahl Lelandais

Nordahl Lelandais tenterait de jouer de malice avec les enquêteurs alors qu’il serait en possession de la vérité. Ces parades, affirment certains, lui font gagner du temps, et perdre celui des juges et des enquêteurs. Après avoir dit qu’il parlerait bientôt, l’ancien cynophile n’a toujours pas parlé. Sa santé précaire ne s’y prêtait pas certainement, voudrait-on bien croire. Les dernières informations reçues par nous, font état d’une nouvelle audition. Ce nouvel interrogatoire a été fixé au lundi 19 mars prochain. RTL rapporte que Nordahl Lelandais sera à nouveau face au juge pour dire sa part de vérité. Cette fois-ci, rapporte-t-on, il sera bien apte pour parler. A une semaine de cet évènement c’est l’espoir qui anime les parents et proches de victimes ainsi que tous ceux qui espèrent que justice soit rendue pour passer à autre chose. Il faudrait passer à autre chose, mais cet autre chose sera forcément, pour Nordahl Lelandais, la suite de ses démêlés avec la justice. Une vingtaine d’autres plaintes ont été déposées contre lui de la part de parents de disparus. Toutefois, avant d’éplucher tous ces autres dossiers, surtout celui d’Arthur Noyer, il va falloir d’abord que Nordahl Lelandais parle le lundi 19 mars. Il faudrait qu’il parle, mais pas que ; il faudrait que toute la vérité se sache pour que les parents de Maëlys fasse enfin le deuil de leur fille.

REPLAY : Célibataire et heureuse est-ce Possible ?

M’bahiakro : coup de tonnerre, le père de Glahou Hermonne cité par le meurtrier