in

Parti unifié RHDP : des cadres PDCI recadrent Billon et Guikahué

Des voix au sein du PDCI, et non des moindres se lèvent pour remettre en cause la nécessité d’aller vers la mise en place du RHDP. Plusieurs cadres du parti d’Henri Konan Bédié ont été pris à partie par leurs alliés du RDR fin de semaine dernière pour leurs déclarations jugées non constructives.

Pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, la candidature du PDCI ne fait aucun doute. Mais l’unité apparente qu’affiche le parti d’Henri Konan Bédié est mise à rude épreuve depuis quelques jours. Alors que le RDR s’attèle à la tâche pour la mise en place du parti unifié RHDP, les langues se délient dans le camp de Bédié pour remettre en cause la nécessité de cette alliance des houphouëtistes avant la tenue du prochain scrutin présidentiel.

Le parti unifié RHDP censé rassembler le RDR et le PDCI fait l’objet de vives polémiques au sein de la formation politique dirigée par Henri Konan Bédié. Après avoir été reporté à maintes reprises, la mise en place du Rassemblement de Houphouëtistes en tant que bloc politique a été relancé l’an dernier à l’issue de la rencontre entre Alassane Ouattara et son aîné Henri Konan Bédié. Un Haut comité chargé de la mise en place du manifeste du parti Unifié, composé de membres issus de tous les partis liés à la coalition, a été mis sur pied. Mais le projet d’unification de tous les partis politiques se réclamant de l’idéologie houphouëtiste se heurte à de nombreux obstacles. Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce, avait déclaré que le parti unifié devrait plutôt avoir lieu après l’alternance en 2020 : « Le temps des sacrifices est terminé. Nous attendons de nos partenaires le même sens du sacrifice comme l’a fait le PDCI-RDA en 2010 et en 2015. Sans le PDCI, le RHDP n’est rien. Sans le PDCI, il n’y a pas de RHDP… Si parti unifié il doit y avoir, ça sera après l’alternance». Comme il fallait s’y attendre, ces déclarations ont suscité l’ire de certains cadres RDR qui n’ont pas mis du temps à répondre. Kandia Camara, la secrétaire générale du RDR était même allé jusqu’à qualifier Billon de ‘‘politicien alimentaire’’, tandis qu’Adama Bictogo taxait l’ancien ministre du commerce de ‘‘politicien de salon’’. Si le RDR parle pour l’heure d’une seule voix en ce qui concerne la création du parti unifié, au PDCI l’heure est plutôt aux divergences sur la mise en place du RHDP.

La création du parti unifié divise au PDCI

Pour l’heure, il est trop tôt pour parler de tendances pro ou anti RHDP au sein du PDCI, mais le plus vieux parti politique de Côte d’Ivoire ne parle pas d’une même voix concernant la mise en place du parti unifié. Jean-Louis Billon et Maurice Kacou Guikahué ont manifesté à maintes reprises leur pessimisme concernant cette alliance, une position qui les a tous deux mis sous le feu des projecteurs au sein de leur propre formation politique. Le porte-parole du PDCI RDA, le ministre Kobenan Adjoumani a recadré les deux responsables de son parti pour leurs sorties qui mettent à mal le parti unifié : « Au moment où nous sommes en train de parler d’élection sénatoriale où il faut aller en RHDP, il y a des voix qui s’élèvent pour vraiment mettre à mal notre cohésion. Pour mettre à mal le RHDP, pour mettre à mal notre volonté d’être ensemble… Tant que nos deux chefs ne viennent pas nous dire qu’on a rompu d’avec le pacte, nous devons nous engager dans cette voie parce que c’est la voie du salut, c’est la voie qui peut sauver la Côte d’Ivoire, c’est la voie du dialogue, c’est la voie de la paix. Il ne faudrait pas que des personnes, pour leurs propres intérêts enflamment la Côte d’Ivoire. Il ne faudrait pas que des personnes, parce qu’elles ont des intérêts personnels à défendre, utilisent le nom de notre chef Henri Konan Bédié pour faire du n’importe quoi. », a déclaré le ministre des ressources animales et halieutiques. Le député PDCI Anoblé Félix a lui aussi insisté sur la nécessité d’aller vers la réunification des deux alliés : « Félix Houphouet-Boigny ne nous a pas laissé le PDCI-RDA comme héritage. Félix Houphouet-Boigny nous a laissé la Côte d’Ivoire comme héritage. Le PDCI n’est pas l’héritage qu’il nous a laissé, mais la Côte d’Ivoire. Notre héritage ne doit pas être nos partis politiques ». S’il est trop tôt pour parler de fissure au sein du PDCI, les divergences concernant la ligne à adopter pour le parti unifié sont bel et bien une réalité.

Concert de Debordo Leekunfa : on dit merci à Dj Arafat ?

Sénégal : Macky Sall se fait tacler pour son nouveau palais présidentiel