in

Affaire Lelandais : l’autopsie de Maëlys contredit la thèse de la mort accidentelle

L’affaire Lelandais prend un nouveau tournant avec l’autopsie réalisée sur les restes de Maëlys, la fillette disparue au soir d’un mariage le 27 août dernier.

Selon les dernières révélations faites par les enquêteurs sur l’affaire Lelandais, la mâchoire de Maëlys de Araujo été brisée, un indice qui balaie du revers de la main la thèse de la mort accidentelle avancée par Nordahl.

Dans l’affaire Lelandais, il y’a ce que le coupable déclare et bien entendu ce que disent les preuves scientifiques. L’expertise médicale effectuée sur les restes de la fillette de neuf ans remet pour l’heure en cause la thèse de la mort accidentelle avancée par Nordahl. L’autopsie a permis aux enquêteurs de découvrir par exemple que la petite Maëlys avait la mâchoire fracturée. Pour expliquer cet état de la fillette, deux hypothèses sont avancées. La première, selon laquelle le meurtrier de Maëlys lui aurait donné un violent coup, contredit directement la directement de la mort accidentelle avancée par Nordahl Lelandais lorsqu’il est passé aux aveux en février dernier. Ce coup violent pourrait très bien être l’une des causes de la mort de la fillette mais les enquêteurs émettent quelques réserves concernant la plausibilité de cette thèse. Car la fillette aurait très bien pu se briser la mâchoire lorsque l’ancien militaire a tenté de se débarrasser de son corps en la balançant dans un ravin. Pour que cette seconde thèse tienne la route, il faudrait que l’autopsie révèle également des traces de bleus sur les restes du corps de la petite Maëlys. Mais cette mission s’annonce très délicate car les enquêteurs ont mis au moins cinq mois avant de découvrir les restes des ossements de Maëlys, sans oublier que ces restent ont été exposées aux extrêmes conditions climatiques. Tout cela rend la tâche difficile aux enquêteurs qui pour l’heure n’ont pas définitivement écartés la thèse de la mort accidentelle comme cause officielle de la mort de Maëlys de Araujo.

Nordahl Lelandais cache toujours des secrets

Rappelons que l’ancien militaire n’a toujours pas expliqué comment la fillette est morte, un mystère qui devrait bientôt être résolu puisque Nordahl retourne à la barre le 19 mars prochain. En plus de la mâchoire brisée, les enquêteurs ont récemment découverts que l’ancien militaire de 34 ans consultait également des sites pédopornographiques, en plus de fréquenter de sites gays sur lesquels il s’était inscrit sous différents pseudo. L’affaire Lelandais n’a manifestement pas encore livré tous ses secrets. Un mois après les révélations de l’ancien maître-chien, l’enquête est toujours suspendue aux circonstances de la mort de la fillette de neuf ans, une mort qualifiée d’accidentelle selon le coupable. En marge de l’affaire Maëlys, les enquêteurs ont aussi progressé dans l’affaire de disparition du caporal Arthur Noyer. Mis en examen dans la disparition du jeune caporal de 22 ans, Nordahl Lelandais a livré de nouveaux secrets sur cette disparition qui remonte au mois d’avril 2017. L’ancien militaire de 34 ans a confié aux enquêteurs qu’il avait bel et bien croisé le chemin d’Arthur Noyer et admet même l’avoir pris en stop, sans pour autant affirmer qu’il l’avait tué. Le 19 mars sera sans doute une date décisive pour ces deux affaires de disparition, sans oublier les récents dossiers de disparition rouverts en marge de l’affaire Maëlys.

Inscription concours fonction publique

Concours fonction publique Côte d’Ivoire 2018 : comment s’inscrire ?

Jean-Louis Billon : ‘‘politicien alimentaire et de salon’’, la poignante réplique de JLB