in

Coopération Côte d’Ivoire Inde : Les vraies causes de la visite indienne

Dans le souci de consolider les liens de coopération qui existent entre la Côte d’Ivoire et l’Inde, Son excellence Pranab Mukherjee effectue un séjour de 48 heures à Abidjan depuis le mardi 14 juin 2016. Les deux chefs d’Etat ont affiché leur volonté d’aller plus loin dans les échanges bilatéraux, volonté qui s’est traduite par la ratification d’un accord pour l’arrivée d’Eximbank sur le territoire ivoirien. Même s’il s’agit d’une visite à caractère purement économique, en revanche rien n’a filtré des vraies causes de la présence indienne.

Renforcement des relations économiques entre ivoiriens et indiens

En marge de la visite officielle du président de l’Inde en Côte d’Ivoire, insuffler une nouvelle dynamique à la coopération commerciale qui lient les deux nations souveraines. L’actualité ivoirienne est dominée par ce séjour historique de 48 heures effectué par le chef d’Etat indien, son excellence Pranab Mukherjee à Abidjan la capitale économique ivoirienne. Reçu par son homologue ivoirien, les deux hommes se sont longuement entretenus sur la nécessité de donner une nouvelle impulsion aux accords bilatéraux déjà existant. En l’espace de six ans (de 2009 à 2015), le volume des échanges commerciaux entre les deux nations est passé de « 300 millions à 800 millions de francs Cfa », soit une progression de plus de 250% par rapport au montant de 2009. Mais les deux hommes entendent aller plus loin dans les différents partenariats économiques qui les lient. Toutefois, il y’a une autre raison qui se cache à l’arrière-plan de cette première visite officielle d’un président indien depuis la proclamation de l’indépendance de la République ivoirienne.

Une coopération sanctionnée par l’arrivée d’EximBank

Dans la manifestation de leur volonté à redynamiser les relations commerciales, les présidents de l’Inde et de la Côte d’Ivoire ont ratifié un accord de coopération pour l’arrivée d’une banque indienne sur le sol ivoirien. Abidjan et New Delhi se sont entendus sur l’ouverture prochaine d’un bureau de représentation de l’institution bancaire ‘‘Eximbank’’ dans la capitale économique ivoirienne. Il s’agit de la plus importante structure de financement à l’exportation de ce pays du continent asiatique. Sa présence sur le sol ivoirien va certainement apporter un supplément de dynamisme au secteur bancaire et le dépressuriser. Au-delà de cet accord combien important, un sujet de fond a, selon certaines sources, été évoqué au cours de cette visite, mais il n’a pas été rendu public.

La Côte d’Ivoire et l’Inde liés par l’anacarde

Une chose que les deux pays ont en commun, c’est bien sûr la production et l’exportation de la noix de cajou. Si par le passé l’Inde était considéré comme le premier producteur d’anacarde au monde, la Côte d’Ivoire lui a ravi sa première place à l’échelle mondiale l’an dernier. Sur le marché de la consommation, le pays asiatique est le premier consommateur avec environ 200.000 tonnes par an. Mais il est suivi de près par les Etats-Unis, son concurrent direct qui importe 150.000 tonnes annuellement. Compte tenu de la forte concurrence internationale, Pranab Mukherjee est venu s’assurer d’une exportation régulière de l’anacarde vers son pays, puisque la noix de cajou est de plus en plus prisée sur le marché pour une population indienne estimée 1,26 milliards d’habitants en 2015.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Côte d’Ivoire : Sidiki Bakaba réagit après sa convocation en justice

Mariage d’Eto’o et Georgette : face aux commentaires et mauvaises langues