in

Affaire élève tuée à Koumassi : le meurtrier de Marcelle Effoh démasqué

On en sait désormais un peu plus sur les circonstances de l’élève tuée à Koumassi après une chute du 4e étage où elle se trouvait avec son amant.

Le mystère de la mort de Marcelle Effoh, une élève de 19 ans inscrite en classe de terminale au Lycée municipal de Marcory, est désormais une affaire résolue, du moins presque. La victime avait trouvé la mort suite à une chute du haut du 4e étage où elle avait rendez-vous avec son professeur d’EPS qui par ailleurs était son amant. Mais contre toute attente, la fiancée de ce dernier se rend sur les lieux tard dans la nuit, et quelques instants après la jeune candidate au Bac tombe de l’immeuble et meurt. Que s’est-il donc réellement passé dans cette pièce ?

De nouvelles révélations dans l’affaire de l’élève morte après une chute du 4e étage d’un immeuble à Koumassi. Il y’a de cela une dizaine de jours, Marcelle Effoh s’était rendu à l’appartement de son amant qui était également son professeur d’EPS. Ce dernier résidait dans la commune de Koumassi, au quartier Remblais plus précisément. Le professeur était loin de s’imaginer que le rendez-vous nocturne donné à sa petite-amie lycéenne serait le dernier qu’ils auraient ensemble. Selon les faits relatés par Allo Police, Marcelle Effoh déjoue la vigilance de ses parents pour aller au rejoindre son amant au 4e étage de l’immeuble qu’il habite dans la commune de Koumassi. Comme le font la majorité des jeunes filles de son âge, notre jeune élève sollicitera l’aide de sa sœur pour la couvrir, afin qu’elle puisse se rendre à son rendez-vous nocturne. Il est presque 22h lorsque la jeune élève débarque au domicile de son amant professeur. Tandis que les deux tourtereaux passent d’agréables moments ensemble, la fiancée du professeur d’EPS frappe à la porte de l’appartement de son homme. Surpris et pris de panique, celui-ci refuse d’ouvrir malgré l’insistance de sa fiancée qui continuait de frapper à la porte. C’est alors que le professeur eu la maladresse de proposer à l’élève de prendre la fuite en se faufilant du 4e au 3e étage de l’immeuble, promettant à Marcelle de la raccompagner une fois qu’il aurait réglé la situation avec sa fiancée. Aidé dans sa descente du 4e au 3e étage par son professeur, Marcelle Effoh manque une manœuvre qui entrainera soudainement sa chute. Pris de panique, le professeur ouvre soudainement la porte sans donner d’explication à sa fiancée et descend en toute vitesse pour voir dans quel état se trouve son élève. L’amant transporte donc la fille au CHU de Treichville mais les médecins ne pourront que constater le décès de l’élève.

Le professeur marié à sa victime à titre posthume

La coutume a ses raisons qui vont bien souvent au-delà de notre raison et notre conception des choses. Soucieux de solliciter le pardon des parents de la victime, la famille du professeur est tout naturellement entrée en contact avec la famille de Marcelle Effoh. Des échanges, les deux parties auraient convenues un accord en vue d’apaiser la colère des parents de la victime. Au regard de la coutume, la famille de Marcelle Effoh a demandé à celle du professeur d’entamer les démarches pour célébrer le mariage à titre posthume entre l’élève et son professeur, les relations de cette nature étant formellement interdites dans leur tradition. Selon nos confrères d’IvoirSoir, une somme de 300 000 francs a été remise aux parents de Marcelle Effoh avec quelques bouteilles de liqueur, comme dot. Mais cette action n’entrave en rien celle du Parquet qui enquête toujours la possibilité d’un homicide volontaire.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Rappeurs les plus riches du monde

Les rappeurs les plus riches du monde

Comptes de campagne Macron : 30 000 euros en maquillage sur 16,57 millions dépensés