in

Affoussiata Bamba Lamine : Alassane Ouattara ‘‘ne peut prétendre à un troisième mandat’’

La question du troisième mandat présidentiel d’Alassane Ouattara suscite des réactions aussi controversées même au sein de son propre camp.

Affoussiata Bamba Lamine, ancienne ministre de la communication et proche de Guillaume Soro, s’est exprimé ce jeudi sur le sujet du troisième mandat présidentiel que pourrait briguer Alassane Ouattara. Après avoir rappelé quelques égrené quelques articles fondamentaux de la nouvelle constitution sur cette question, l’avocate ivoirienne a conclu dans sa démonstration que le président ivoirien ne pouvait, du moins en l’état actuel de la constitution, briguer une 3e mandature à la tête du pays.

L’ancien ministre Affoussiata Bamba Lamine a opiné sur la question du troisième mandat d’Alassane Ouattara à la tête du pays. Le président ivoirien a alimenté encore plus les débats sur ses prochaines ambitions politiques en Côte d’Ivoire lorsqu’il a révélé au cours d’une interview exclusive accordée à Jeune Afrique que ‘‘la nouvelle constitution ivoirienne m’autorise à faire deux nouveaux mandats à partir de 2020’’. La classe politique ivoirienne dans son ensemble n’a pas mis du temps à réagir à cette déclaration du président Alassane Ouattara. Les réactions se sont même manifestées au sein du propre camp de l’actuel président. Si les fidèles ‘‘lieutenants’’ de l’actuel chef d’Etat se sont jusque-là gardés de tout commentaire sur la question du troisième mandat, les pro-Soro au sein du RDR ont été nombreux à réagir. La dernière réaction en date et non des moindres, celle de l’ancienne ministre de la communication Affoussiata Bamba Lamine. L’ex-député de la circonscription d’Abobo, classée aujourd’hui dans la ceinture rapprochée de Guillaume Soro, a démontré dans un exposé diffusé sur son compte Facebook que le président Alassane Ouattara ne saurait être éligible pour deux nouveaux mandats à la tête du pays :

« En effet, penser qu’il serait possible à l’actuel Président de la République de faire un troisième mandat c’est méconnaître ce principe en vertu duquel il n’y a pas de rupture dans la législation malgré l’avènement d’une nouvelle Constitution et d’une troisième république sauf si les dispositions de la nouvelle législation sont contraires à l’ancienne. La législation étant l’ensemble des lois et des règlements applicables dans notre pays. ».

Affoussiata appelle Ouattara à honorer ses engagements

Dans son exposé, l’ancienne ministre de la communication a, sans le dire ouvertement, appelé le président ivoirien au respect de la parole donnée, notamment lorsqu’il affirmait avant et peu de temps après l’avènement de la nouvelle constitution que celle-ci n’était pas taillée sur mesure comme l’avait indiqué l’opposition ivoirienne : « en 2015 le Président de la République s’est prononcé sur cette question au cours d’interviews accordées à des chaînes de télévisions, presses et radios étrangères à l’occasion desquelles il indiquait qu’il ne finirait pas son second mandat et qu’il laisserait son Vice-Président le terminer en raison d’un besoin de repos, propos qu’il a réitéré en 2016 », a rappelé Me Affoussiata Bamba Lamine dans son exposé sur le troisième mandat. Mais rappelons à toutes fins utiles qu’en dépit des avis émis çà et là sur la question, il revient exclusivement au conseil constitutionnel de valider ou invalider la candidature du président Ouattara, si toutefois elle voyait le jour en 2020.

Adjamé : les microbes terrorisent les musulmans en plein ramadan

Côte d’Ivoire : des braqueurs arrêtés après un casse de plus de 300 millions FCFA