in

CPI : Acquitté, Jean-Pierre Bemba reste toujours en prison

Coup de théâtre à la CPI ce vendredi avec l’acquittement de l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba.

Jugé pour ‘‘crimes contre l’humanité’’, ‘‘crimes de guerre’’, Jean-Pierre Bemba a été finalement acquitté ce vendredi par la Chambre d’Appel de la Cour Pénale Internationale. L’ancien vice-président avait été condamné par la chambre de première instance à une peine de 18 ans de prison, mais suite à plusieurs erreurs commises par la chambre de première instance, le leader du Mouvement de libération du Congo (MLC) sera au bout du compte acquitté ce juin 8 juin, une décision déjà saluée par plusieurs opposants au régime Kabila.

Jean-Pierre Bemba a été acquitté ce vendredi par les juges de la Cour d’Appel de la CPI dans son procès pour ‘‘crimes contre l’humanité’’ et ‘‘crimes de guerre’’. L’ancien vice-président congolais était jugé pour avoir permis à sa milice, le MLC (mouvement de libération du Congo), de commettre des actes de pillages et de viol en République Centrafricaine. Environ 1500 hommes de la milice qui était dirigée par Jean-Pierre Bemba avaient pris part à la tentative de coup d’Etat perpétrée par Bozizé contre Ange-Félix Patassé. En 2016, la chambre de première instance avait condamné Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison, mais « Selon la majorité des juges de la chambre d’appel (trois sur cinq), les premiers juges ont commis des ‘‘erreurs’’ qui ‘‘ont sérieusement entaché’’ leurs conclusions. Des charges qui ont été formulées ‘‘de façon trop large’’, la ‘‘non prise en compte des mesures prises par Jean-Pierre Bemba’’, le fait qu’il n’y avait « aucune indication du nombre des crimes », listent notamment les magistrats. », nous explique Jeune Afrique ce vendredi (Trésor Kibangula). En raison donc de certains vices de procédures constatés dans le procès de l’ancien vice-président congolais, la chambre d’appel s’est prononcée en faveur de ‘‘l’annulation des conclusions de culpabilité de Jean-Pierre Bemba’’ qui était principalement poursuivi pour ‘‘crimes de guerre’’ et ‘‘crimes contre l’humanité’’ commis entre 2002 et 2003 en Centrafrique. L’acquittement de Jean-Pierre Bemba intervient dans un contexte électoral encore incertain en RDC, notamment en raison de certaines suspicions autour d’une éventuelle candidature que préparerait Joseph Kabila, dont le mandat constitutionnel a expiré depuis plus d’un an.

Jean-Pierre Bemba pas totalement acquitté

Si l’effervescence était au rendez-vous chez les partisans du MLC, Jean-Pierre Bemba n’est encore totalement acquitté, même s’il l’est pour les deux principales charges, à savoir pour ‘‘crimes de guerre’’ et ‘‘crimes contre l’humanité’’. Les juges de la chambre d’Appel ont décidé en retour de maintenir en détention l’ancien vice-président congolais pour une autre affaire dans laquelle il avait été reconnu coupable. Parallèlement aux deux principales charges retenues contre lui à la CPI, Jean-Pierre Bemba a aussi été reconnu coupable ‘‘d’atteintes à l’administration de la justice’’. Son acquittement sera donc définitif lorsque la Chambre de première instance VII aura procédé à l’annulation de cette troisième charge. Comme de nombreux congolais, l’opposant Moïse Katumbi a réagi à l’annonce de l’acquittement de Jean-Pierre Bemba : «Félicitations à mon compatriote JP Bemba. Son acquittement montre que la vérité finit tjrs par triompher. A ceux qui utilisent encore des faux procès, cette décision marque le début d’une nouvelle ère de justice pour la #RDC. Aujourd’hui est un grand jour pour les Congolais ! », a-t-il écrit sur Twitter.

Match amicaux avant le mondial 2018 : voici le programme du week-end

Cybercriminalité Côte d’Ivoire : l’identité d’un magistrat usurpée pour arnaquer le maire