in

Le Maroc candidat au Mondial 2030 : la Tunisie plaide pour une co-organisation

Après son échec face au ticket USA, Canada et Mexique, le Maroc envisage de déposer une nouvelle candidature pour le mondial 2030.

Quelques heures après la désignation du ticket Etats-Unis, Canada Mexique pour l’organisation du mondial 2026, le Maroc a annoncé son intention de déposer une nouvelle candidature pour l’organisation de la coupe du monde 2030. En attendant que les principaux pays intéressés par cette l’organisation de cette compétition font acte de candidature, les langues se délient dans la zone du Maghreb pour exiger une candidature beaucoup plus inclusive, à savoir une candidature conjointe de tous les pays membres du Maghreb en lieu et place d’une seule et unique candidature marocaine.

Après l’attribution du mondial 2026 à la candidature conjointe Etats-Unis, Mexique, Canada, le Maroc a annoncé tard dans la nuit du vote qu’il envisageait de faire acte de candidature pour l’organisation du mondial 2030. L’information a été révélée quelques heures après le vote ayant désigné le trio américain comme terre d’accueil de cette coupe du monde qui se joue à 48. Pour certains, si le Maroc a échoué, c’est parce que le Royaume chérifien avait tout simplement déposé une candidature unique en face du trio Etats-Unis, Canada, Mexique. Pour éviter un nouvel échec d’une candidature africaine, la Tunisie préconise donc une candidature beaucoup plus inclusive. En lieu et place du mondial Maroc 2030, la Tunisie plaide pour une co-organisation avec la participation de tous les pays de la zone du Maghreb :

« Je lance un appel aux Gouvernements Tunisien, Marocain, Algérien, Libyen et Mauritanien pour présenter une candidature conjointe pour l’organisation de la Coupe du Monde 2030 afin de permettre à l’Afrique et au Maghreb d’organiser l’édition du centenaire de la Coupe du Monde de football »,

a écrit le député tunisien Riadh Jaidane depuis sa page Facebook. Dans une interview accordée au média Jeune Afrique, le parlementaire tunisien a déclaré que ‘‘Le Maroc n’a aucune chance seul, il faut absolument une candidature conjointe’’. Le député tunisien révèle également dans l’interview accordée à Jeune Afrique (Jules Crétois et Syrine Attia) que ‘‘c’est également l’esprit que défend Gianni Infantino, président de la Fédération international de football association (FIFA). Il avait d’ailleurs été l’instigateur du nouveau concept de l’Euro 2020 qui se jouera partout en Europe, alors qu’il était encore secrétaire générale de l’Union des associations européennes de football (UEFA). De plus, à partir de 2026, la Coupe du monde passera de 32 à 48 pays, les candidatures conjointes deviendront presque inévitables’’. En attendant de connaître tous les pays ayant fait acte de candidature pour cette compétition, trois pays du continent sud-américain, à savoir l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, se préparent déjà à faire acte de candidature pour l’organisation du mondial 2030. Face à ce triple ticket, le Maroc risque une nouvelle désillusion s’il part tout seul au combat, d’où la candidature « Maghreb United » souhaitée par la Tunisie.

Une candidature Maghrébine possible en 2030 ?

Pour l’heure, aucune réaction officielle des gouvernements des pays membres du Maghreb à cette demande formulée par le député tunisien Riadh Jaidane. Si dans la théorie cette co-organisation semble tout à fait faisable, dans la pratique les choses risquent d’évoluer très difficilement. Les tensions entre le Maroc et l’Algérie constituent plus ou moins un frein à cette candidature conjointe, mais les Etats-Unis et le Mexique ont réussi à mettre de côté sportivement parlant leurs différends pour l’intérêt commun du mondial 2026, alors pourquoi pas le Maroc et l’Algérie ? Aussi, pour une candidature intégrale du Maghreb, il faudrait également que la Libye renoue avec sa stabilité politique et sécuritaire.

DJ Arafat annule son concert à San-Pedro

Effondrement d’immeuble à Yamoussoukro : les causes de l’incident connues