in

Effondrement d’immeuble à Yamoussoukro : les causes de l’incident connues

Les fouilles sont toujours en cours dans le quartier millionnaire où était en construction un immeuble R+3.

Après l’effondrement d’un immeuble en pleine construction dans la ville de Ya moussoukro, l’heure est encore au bilan. Depuis plus de 48h, le détachement du Groupement des Sapeurs-Pompiers militaires du district de Yakro procède à l’extraction des victimes au nombre de 30 enfouies sous les décombres. Pour l’heure, nous en sommes toujours au bilan provisoire, mais il s’alourdit de jour en jour. Selon les informations fournies par le GSPM ce vendredi, 23 personnes qui travaillaient sur le site ont été extraites des décombres. Le bilan provisoire fait actuellement état de 3 personnes décédées.

L’effondrement d’un immeuble en construction à Yamoussoukro fait encore les grands titres de certains journaux ivoiriens ce vendredi. Selon un bilan provisoire dressé par le Groupement des Sapeurs-Pompiers Militaires ce 15 juin, ce sont à ce jour 23 victimes sur les 30 annoncées qui ont été extraites des décombres après l’effondrement du bâtiment R+3 il y’a de cela 48 heures. D’après le GSPM, 20 personnes blessées extraites des décombres ont été évacuées d’urgence au Chr de Yamoussoukro en vue d’une prise en charge. Le bilan provisoire annoncé ce vendredi annonce malheureusement de nouvelles pertes en vies humaines. Si dans les premières heures du drame l’on faisait état d’un mort, désormais le GSPM évoque trois cas de décès après l’effondrement de l’immeuble R+3 qui était en construction dans le quartier millionnaire dans le district de Yamoussoukro. Pour l’heure, les circonstances de la tragédie ne sont pas encore connues, mais les premiers soupçons pointent déjà du doigt des défauts de construction, mais officiellement n’est encore confirmé par les autorités. D’après certaines sources non officielles, le bilan provisoire du drame serait actuellement de 5 décès, soit deux décès de plus que ce qui a été annoncé par le groupement des sapeurs-pompiers militaires dans la matinée de ce vendredi. Un bilan définitif sera établi à la fin des opérations des recherches du GSPM sur le site. Si les parents des victimes s’impatientent en raison de la lenteur des opérations de recherche, le Gspm a attiré l’attention des uns et des autres sur la délicatesse des opérations de sauvetage sur le site de l’immeuble effondré à Yamoussoukro : « Nous sommes conscients que nous devons agir vite mais sans nous précipiter. Il s’agit d’un travail délicat où une erreur d’une minute peut faire tout basculer ». 48h après le drame, l’identité des victimes n’est toujours pas connue mais tout porte à croire que les victimes seraient toutes des employés qui travaillaient sur le site de construction de l’immeuble.

L’immeuble effondré respectait-il les normes de construction ?

Officiellement, aucun communiqué du ministère de la construction sur l’incident survenu dans le quartier millionnaire de Yamoussoukro le mercredi 13 juin. Selon certaines informations officieuses, le site en construction était un hôtel à la base construit en R+2. Mais alors que les travaux étaient déjà lancés, la propriétaire de l’immeuble en construction aurait exigé que le responsable de chantier procède à quelques modifications sur le site, faisant passer l’immeuble de R+2 à R+4. L’entrepreneur aurait d’après certaines sources refusé de valider cette modification, probablement pour des raisons du fait que le chantier déjà lancé ne répondait à ces modifications. La propriétaire aurait ainsi confié le chantier à un entrepreneur qui acceptera le marché. Selon une information obtenue auprès de nos confrères d’Ovajab Media, la propriétaire du site avait été sommée de suspendre les travaux de construction sans pour autant obtempérer. Selon Bouleymane Fofana, directeur régional de la construction, les normes de construction n’avaient pas été respectées par Mme Yoboué, la propriétaire de l’immeuble.

Le Maroc candidat au Mondial 2030 : la Tunisie plaide pour une co-organisation

Libération de Bemba, espoir pour Laurent Gbagbo