in

Côte d’Ivoire : le PDCI condamne la révocation d’Akossi Bendjo

REVOCATION DE BENDJO – le maire de la commune de Plateau, le centre des affaires de la capitale ivoirienne, a été démis de ses fonctions suite à un décret annoncé en conseil des ministres.

La révocation du maire Akossi Bendjo, premier magistrat de la commune du Plateau, alimente toujours les débats en Côte d’Ivoire. A l’issue du dernier conseil des ministres qui s’est tenue à Abidjan, le porte-parole du gouvernement a annoncé la destitution du maire de ladite commune, accusé de malversations financières. Cette décision a tout naturellement fait réagir le maire révoqué qui affirme toujours être le magistrat de la commune. Le PDCI, parti auquel appartient le premier magistrat de la commune de Plateau, a condamné cette décision qui relèverait d’une décision purement politique.

Pour certains cadres du PDCI, il s’agit sans nul doute d’une chasse aux sorcières organisées contre tous ceux qui se dressent contre la mise en place du parti unifié RHDP. Après avoir été démis de la présidence du conseil d’Administration de la SIR, Akossi Bendjo vient d’être révoqué de son poste de maire de la commune de Plateau. La décision est tombée mercredi à l’issue du traditionnel conseil des ministres. Avant d’être révoqué, plusieurs rumeurs faisaient état de l’arrestation du maire de la commune la plus riche de la capitale ivoirienne. Selon le décret lu par le ministre Sidy Touré, porte-parole du gouvernement, Akossi Bendjo aurait été révoqué suite à des malversations financières constatées dans sa gestion de la municipalité, révoqué ‘’pour graves déviations dans la gestion et faux en écriture publique’’ plus précisément. Cette décision de révoquer le maire du Plateau intervient à deux mois de la tenue des élections municipales 2018 en Côte d’Ivoire. Candidat à sa propre succession, Akossi Bendjo et ses rivaux se livrent depuis des mois une bataille sans merci pour le contrôle de la commune combien stratégique du Plateau. En réaction à cette décision, le maire accusé de malversations financières a révélé que « La décision du Conseil des Ministres ce 1er août 2018, est complètement arbitraire et digne d’un régime totalitaire. Cette décision ne nous surprend pas, elle était annoncée depuis notre refus de cautionner l’inféodation du PDCI-RDA, à travers un parti supposé unifié. Elle a été amplifiée par notre combat pour la réconciliation de TOUS les ivoiriens, la libération des prisonniers politiques et le retour d’exil de nos frères et sœurs. Voici ce qui justifie cette sanction pour le Plateau, le reste n’est que maquillage. ». A l’annonce de cette révocation, plusieurs employés de la municipalité du plateau ont manifesté leur mécontentement en attachant des bandeaux rouges sur la tête. Il aura fallu l’intervention du secrétaire général de la municipalité pour pousser les agents à reprendre le service. Rappelons qu’Akossi Bendjo s’était vu décerné le prix du meilleur maire de l’Afrique de l’ouest. Le PDCI n’est pas resté insensible à cette décision de révocation du maire de la commune de Plateau.

Le divorce entre le RDR et le PDCI officiel ?

La révocation d’Akossi Bendjo vient encore rallonger la liste des cadres PDCI déchus de leurs fonctions sous l’actuel régime. Si le parti d’Henri Konan Bédié était favorable à un moment au parti unifié, la position officiellement du PDCI concernant cette coalition a changé avec l’évolution des choses. A l’issue de son bureau politique, le parti d’Henri Konan Bédié a décidé de reporter son adhésion au parti unifié après l’alternance en 2020. Si les tensions internes entre les deux alliés étaient voilées un moment, désormais le tandem PDCI RDR ne cache plus ses divergences. Concernant la nomination des ministres PDCI au gouvernement, le parti de Bédié dit n’avoir pas été consulté par son allié. Vu l’allure que prennent les choses, le divorce officiel entre les deux partis n’est plus qu’une question de temps.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Election Mali 2018 : 15 candidats refusent les résultats du premier tour

Bagarre Booba Kaaris : les deux rappeurs risquent 7 ans de prison