in

Vol MH370 : le crash causé par une panne de carburant ?

VOL mh370 – le crash du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines nous cache encore de nombreux mystères.

Vol mh370

La toute première reconstitution du crash du vol mh370 de la Malaysia Airlines soulève encore de nouvelles théories. Quatre ans après la tragédie qui a coûté la vie à plus de 200 personnes, les preuves matérielles rassemblées par les enquêteurs n’ont toujours pas réussi à établir les causes de la chute de l’avion de la compagnie malaisienne. Dans un documentaire exclusif, la chaîne National Géographique a essayé de reconstituer les dernières minutes du vol commercial avant sa plongée dans l’Océan indien. Nombre de théories avaient été émises après la chute du Boeing 777. Le pilote de l’appareil avait même par moment été suspecté d’être à l’origine de cette tragédie survenue en mars 2014. Mais de nouveaux éléments tendent désormais à balayer cette hypothèse, tout comme celle de la piste terroriste qui avait été aussi émise durant l’enquête sur le drame du 777 de la Malaysia Airlines.

Le vol MH370 reste encore un mystère à résoudre, quatre ans après la tragédie survenue dans l’Océan Indien. S’il a fallu quelques jours pour connaître les conclusions de certaines enquêtes dont le crash de l’Antonov aux larges d’Abidjan, les enquêteurs sont toujours au stade des théories concernant le vol mh370 de la compagnie Malaysia Airlines, à la grande désillusion des familles des victimes. Le Boeing 777 censé relier Kuala Lumpur à Pékin n’a jamais atteint sa destination. La chaîne National Geographic, grâce à ses experts, a tenté de reconstituer les dernières minutes de l’avion avant son crash dans l’Océan Indien. Bien entendu, cette reconstitution n’éclaire pas toutes les zones d’ombres qui entourent cette tragédie, mais elle permet toutefois d’écarter certaines pistes comme celles qui tenaient par exemple le pilote pour responsable de l’accident qui a eu lieu en 2014. Le 8 mars de cette année, vol mh370 quitte la capitale malaisienne en direction de la capitale chinoise. Pour des raisons encore ignorées, l’avion a dévié de son trajet pendant plus de six heures. Bien qu’il ait disparu des radars, le gros porteur américain continuait toujours à émettre des signaux à un satellite, à raison d’un signal en moyenne par heure.

Une panne de carburant selon Nat Geo

A la faveur de la reconstitution des dernières minutes du vol mh370, les experts de National Geographic en sont venus à la conclusion selon laquelle l’appareil, au départ orienté vers la trajectoire Nord-Ouest, a soudainement viré vers le sud, à savoir la direction opposée au plan de vol initial. D’après la théorie émise par la chaine de documentaire, le moteur droit de l’appareil aurait cessé de fonctionner en premier, une situation qui aurait obligé le pilote automatique de l’appareil à faire usage du second moteur situé à la gauche de l’avion. Mais à en croire les experts de Nat geo, le second moteur de l’appareil aurait lui aussi cessé de fonctionner deux minutes après son enclenchement par le pilote automatique. Privé de ses deux réacteurs, le vol mh370 a fini sa course au fond de l’Océan Indien. L’enquête établie par la chaîne documentaire balaye dans une certaine mesure une théorie qui alimentait la polémique aux premières heures de la tragédie. Le crash de l’avion serait lié à une panne de carburant si l’on se fie aux experts de la chaine Nat Geo. Cette hypothèse blanchit dans une certaine mesure le pilote qui avait été accusé d’être à l’origine du drame qui a causé la mort de 239 personnes, majoritairement des chinois. Mais cette théorie émise par la chaine documentaire semble pour l’instant difficile à confirmer, car les boîtes noires qui ont enregistré tous les derniers signaux de l’appareil n’ont toujours pas été retrouvées, quatre ans après le crash du vol mh370. La panne de carburant est une piste qui ne sera corroborée qu’après la découverte des fameuses boîtes noires du 777 de la Malaysia Airlines.

Pays les plus riches d'Afrique

Les 20 pays les plus riches d’Afrique

Acquittement de Laurent Gbagbo CPI : quels sont les scénarios possibles ?