in

Cameroun : annonce des résultats de la présidentielle ce lundi

PRESIDENTIELLE AU CAMEROUN – sauf changement de dernière minute, les résultats de l’élection présidentielle seront annoncés ce lundi.

Après deux semaines d’attente, les camerounais devraient connaître ce lundi dans la matinée les résultats de l’élection présidentielle qui s’est déroulée le 7 octobre dernier. Selon le chronogramme mis en place, le Conseil Constitutionnel devrait mettre fin au suspense ce 22 octobre dès 11h. On ignore le taux de participation définitif mais dans les régions anglophones le vote a été perturbé par de nombreuses attaques armées commis par les séparatistes anglais qui réclament leur indépendance depuis quelques années. Le taux de participation sera donc faible dans cette région du pays puisque le vote a été émaillé de nombreuses violences dans certains quartiers anglophones. Au pouvoir depuis 1982, Paul Biya s’est de nouveau présenté à cette élection pour briguer un septième mandat. Face à lui de nombreux opposants politiques dont Maurice Kamto l’un de ses anciens ministres qui avait choisi en 2004 de démissionner du gouvernement.

Au Cameroun, la tension monte à quelques heures de l’annonce des résultats de la présidentielle du 7 octobre dernier. Après avoir entretenu le mystère pendant des mois, le président sortant Paul Biya a annoncé sa candidature à ce scrutin présidentiel, une candidature qui a suscité un large consensus au pays, et aussi le soutien du footballeur camerounais Samuel Eto’o : « Nous avons besoin d’un leader rassembleur. Ça c’est très important pour notre peuple. Moi, en 37 ans, j’ai connu ce beau pays, ses frères qui aiment vivre ensemble. Parce qu’on a toujours connu la paix dans notre pays, parce qu’on a toujours voulu vivre ensemble… Le plus important c’est que mes frères fassent comme moi, moi personnellement je vais voter le candidat président pour toutes ces choses qu’il m’a apportées dans ma vie, dans ma carrière et pour toutes ces choses que j’aie connues par ce que je n’ai que connu ça », déclarait le 2 octobre dernier le footballeur camerounais en soutien à la candidature du président sortant. Après deux longues semaines d’attentes, les camerounais devraient savoir ce lundi le nom de leur futur président. La Cour Constitutionnelle annoncera dans la matinée les résultats tant attendus du scrutin présidentiel qui a eu lieu le 7 octobre dernier, scrutin émaillé de quelques violences dans les régions anglophones faut-il le rappeler. Mais bien avant l’annonce officielle des résultats, Paul Biya a officiellement reçu les félicitations de son homologue équato-guinéen à travers un communiqué transmis à l’AFP : « Le peuple de la République de Guinée équatoriale et son gouvernement se joignent à moi pour exprimer à votre excellence nos sincères et effusives félicitations pour votre réélection comme président de la République du Cameroun lors de l’élection présidentielle passée ». Cette sortie médiatique du président de la Guinée-Equatoriale a fait réagir de nombreux camerounais, d’autant plus que les résultats n’ont pas été officiellement annoncés par le conseil constitutionnel tel que stipulé dans la constitution camerounaise.

Montée des tensions avant les résultats

Avec une opposition dispersée, Paul Biya tend probablement vers son septième mandat à la tête de pays à l’âge de 85 ans. Après le président équato-guinéen, le président camerounais est le dirigeant qui a la plus longue longévité au pouvoir sur le continent africain, 37 ans de règne pour être plus précis. Et bien avant l’annonce des résultats officiels, le principal opposant à Biya, l’ancien ministre Maurice Kamto, était monté au créneau pour s’autoproclamer nouveau chef suprême des armées au Cameroun : « J’ai reçu du peuple camerounais un mandat clair que j’entends défendre jusqu’au bout. J’invite le Président de la République sortant à organiser la condition d’une transmission pacifique du pouvoir. », a tweeté l’opposant au lendemain du scrutin présidentiel du 7 octobre.

Liga : Messi se casse le bras avant le classico contre le Real

Municipales 2018 Koumassi : Cissé Bacongo répond au « braquage électoral »