in

Affaire Daval : la confrontation familiale, dernière chance pour Jonathann

AFFAIRE JONATHANN DAVAL – Alors que tous les indices le culpabilisent, l’informaticien de 34 ans refuse de reconnaître le meurtre de son épouse, prétextant que sa belle-famille aurait ourdi un complot familial contre lui.

L’affaire Daval prendra une nouvelle tournure le vendredi 7 décembre, date à laquelle est prévue la confrontation entre l’informaticien de 34 ans et certains membres de sa belle-famille, en l’occurrence son gendre Gregory Gray. Les avocats du mis en cause dans le meurtre de la joggeuse Alexia avait récemment introduit une demande de remise en liberté, une requête qui a reçu un avis défavorable auprès des juges. Même si toutes les preuves matérielles semblent l’incriminer, l’informaticien a relancé le suspense dans cette enquête en révélant il y’a quelques mois aux juges qu’il n’était pas l’auteur du meurtre de son épouse, accusant sa belle-famille d’être à l’origine. Celle-ci qui s’est pour l’instant constituée partie civile dans l’affaire a demandé une confrontation avec l’informaticien devant les juges, une requête qui a été acceptée. C’est donc le vendredi 7 décembre qu’aura lieu cette confrontation familiale qui sonne comme une dernière chance pour Jonathann.

De la théorie du meurtre sur conjoint, l’affaire Daval va-t-elle virer au complot familial ? La confrontation entre Jonathann et sa belle-famille prévue pour le 7 décembre sera décisive. De mari éploré, l’informaticien de 34 ans s’est retrouvé au cœur de l’enquête sur la disparition de son épouse dont le corps calciné a été retrouvé dans un bois il y’a un peu plus d’un an. Après une garde-à-vue qui aura duré deux jours, le principal suspect dans l’enquête sur la mort d’Alexia Daval finit par avouer le meurtre de son épouse. De nombreux indices ont permis aux enquêteurs d’en venir à cette conclusion. Mais au mois de juin, le principal suspect qui est l’époux change sa version des faits en niant son implication dans le meurtre de son épouse. Jonathann Daval va même jusqu’à accuser sa belle-famille d’avoir ourdi un complot familial pour qu’il soit injustement inculpé par la justice. En changeant sa ligne de défense, l’informaticien a révélé que son beau-frère Gregory Gray était le responsable de la mort de son épouse. Selon la seconde version de Daval, son beau-frère tentait de maîtriser son épouse qui faisait une crise d’hystérie au domicile familial lorsque cette dernière est morte. Mais jusqu’à ce jour, aucune preuve matérielle ne corrobore la version de Jonathann. Sur proposition de la belle-famille, les juges ont accepté l’idée d’une confrontation entre l’informaticien et ses beaux-parents, en l’occurrence Gregory qu’il accuse du meurtre de sa femme. De source judiciaire, quatre confrontations sont prévues pour la journée du vendredi entre le suspect et sa belle-famille, des face-à-face déterminant dans l’enquête sur la disparition de la joggeuse fin octobre 2017.

L’affaire Daval, toujours pas de reconstitution des faits

Contrairement à l’affaire Maëlys ou une reconstitution des faits a eu lieu, l’enquête sur la mort d’Alexia Daval cache encore de nombreux mystères. Le corps de la joggeuse retrouvé dans les bois était en partie calciné, mais l’informaticien nie avoir brûlé le corps de son épouse, ce qui laisse la porte ouverte à une probable complicité dans cette affaire. Quelques jours avant la confrontation familiale, Me Randall Schwerdorffer, l’un des avocats chargés d’assurer la défense de l’informaticien, était sur les lieux où le corps a été retrouvé. Rien n’a véritablement filtré de cette visite mais tout laisse penser que l’avocat essaiera de démontrer que son client n’aurait pas été en mesure de transporter tout seul la dépouille de sa femme, sur une centaine de mètres, à moins qu’il ait été aidé par une tierce personne, en d’autres termes un complice. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la confrontation sera un tournant décisif dans cette enquête pour le camp de l’accusé comme celui des parents de la victime.

Transfert de Nicolas Pépé : ‘‘Même à 100 millions, Pépé ne partira pas’’

SNCF : train, service en grève

SNCF : trains «Ouisncf» ou «Transilien» en grève, pour un nouveau pacte ferroviaire ?