in

Santé d’Ali Bongo : le vice-président évoque un AVC

SANTE DE BONGO – On en sait désormais un peu plus sur l’état de santé du président de la République du Gabon. Hospitalisé pour une fatigue sévère à Riyad, le chef d’état gabonais serait victime d’un plus grand malaise.

De quoi souffre exactement Ali Bongo ? Aux premières heures de son hospitalisation à l’hopital King Faisal de Riyad, la présidence gabonaise avait évoqué dans un communiqué que le président était victime d’une fatigue sévère. Mais ces explications n’ont que très peu convaincu les gabonais dont certains donnaient leur président pour mort, faute de cliché prouvant qu’il est bel et bien en vie. Revenu au Maroc pour poursuivre son traitement, le président gabonais a été aperçu pour la toute première fois depuis son hospitalisation, dans une courte vidéo en présence du Roi Mohamed VI. Après avoir rendu une visite officielle au président gabonais mardi dernier, le Vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou s’est de nouveau exprimé sur l’état de santé de Bongo. Après que le secrétaire général de la présidence évoquait au départ une fatigue sévère puis un saignement après, le nouvel homme fort du Gabon parle lui plutôt d’un accident vasculaire cérébral, des révélations qui relancent à nouveau la polémique sur la question de la vacance du pouvoir en République Gabonaise.

Transféré au Maroc le 29 novembre dernier, le président Ali Bongo a été aperçu pour la première fois depuis son hospitalisation la semaine dernière en compagnie du Roi Mohamed VI. A l’issue d’une visite effectuée au Royaume chérifien, Pierre Claver Maganga Moussavou, le vice-président de la République du Gabon, était porteur de nouvelles fraîches concernant l’état de santé du président gabonais. Selon le Vice-président, Ali Bongo va beaucoup mieux : «Rassurez-vous, le président Ali Bongo Ondimba est bien en vie. Et s’il y a des gens dans cette République qui sont des menteurs, Maganga n’en fait pas partie», a fait savoir le successeur intérimaire du président gabonais. Le vice-président a également donné de plus amples informations sur les raisons du malaise qui ont conduit à une hospitalisation en urgence du chef d’état gabonais. Si au départ la présidence gabonaise avait évoqué une fatigue sévère, cette version a évolué quelques semaines. De la fatigue générale, le secrétaire général de la présidence gabonaise a évoqué dans un nouveau communiqué que le président Ali Bongo était victime de saignement, sans pour autant donner les raisons de ce saignement. Mais selon Pierre Claver Maganga Moussavou, l’état de santé du chef d’état gabonais se serait dégradé lors de son déplacement à Riyad le 24 octobre dernier suite à une crise d’AVC : «Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu’un d’autre, celui qui n’a jamais connu un AVC, qu’il prie Dieu pour qu’il n’en connaisse jamais. De toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi». A en croire le Vice-président gabonais, Ali Bongo aurait été victime d’un accident vasculaire cérébral lors de son séjour en Arabie Saoudite le 24 octobre dernier. La courte vidéo du président gabonais et de son homologue marocain est une preuve que l’état de santé du dirigeant gabonais s’est améliorée. La question qui se pose désormais est de savoir le président élu du Gabon est en mesure de diriger le pays après cette crise d’AVC ?

Bongo toujours en état de diriger ?

«Je ne peux pas biaiser. Je l’ai vu, je l’ai touché parce qu’au moment où je devais quitter ma place il m’a tendu la main je ne pouvais pas ne pas la prendre et le saluer, ça a mis encore beaucoup plus d’émotions en moi et m’a permis de redoubler d’efforts dans mes prières mêlées aux vôtres qu’il nous revienne rapidement», a fait savoir le vice-président lors d’un déplacement à Franceville. De nombreuses personnes s’interrogeaient sur la capacité du président Ali Bongo a revenir aux affaires après la courte vidéo de sa preuve de vie, d’autant plus qu’il était de profil et qu’il n’avait a aucun moment articulé de mots.

Maxifoot fr

Maxifoot mobile : 1998-2018 vingt ans après, toujours là et toujours sportif

CAN 2019 : le pays organisateur connu le 9 janvier