in

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : Affoussiata Bamba prédit la chute de Ouattara

ELECTION 2020 COTE D’IVOIRE – L’incertitude plane toujours sur l’identité des potentiels candidats à ce scrutin décisif. Mais selon l’ancienne ministre de la communication, le président actuel perdrait s’il tentait de se présenter à ce scrutin.

Que ce soit dans le camp du RHDP ou du PDCI, on s’abstient pour l’instant de donner le nom du candidat qui représentera ses couleurs en 2020. Dans cette présidentielle prévue pour le mois d’octobre, la participation de Guillaume Soro ne serait pas une surprise, d’autant plus que ces partisans clament sans cesse sa participation à cette échéance électorale. Mais une candidature du président de l’Assemblée Nationale sous la bannière RHDP semble pour l’instant une hypothèse difficile à envisager puisque ni le PAN, ni aucun de son entourage, n’a été associé à la création du parti unifié en juillet dernier. Après avoir dénoncé l’acharnement dont fait l’objet le président de l’Assemblée Nationale, Affoussiata Bamba Lamine, n’exclut pas une participation de Soro au prochain scrutin présidentiel. Plus important encore, l’ancienne ministre prédit la défaite du président Ouattara si toutefois il briguait un troisième mandat présidentiel en Côte d’Ivoire.

La présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire nous réserve de nombreuses surprises car le flou plane encore sur la participation de certains candidats. C’est le cas de Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée Nationale. Elu à la tête de l’hémicycle ivoirien sous la bannière du RDR, l’ancien ministre ivoirien de la défense n’est plus en odeur de sainteté avec certains cadres de son bord politique. A l’origine des dissensions, les désaccords sur la feuille de route à suivre pour la mise en place du RHDP parti unifié. Si Guillaume Soro est favorable à une poursuite des négociations avec le PDCI, le RDR semble lui avoir déjà presque tourné le dos aux discussions avec son ancien allié, puisque le PDCI s’est officiellement retiré du parti unifié au mois de juillet. Au cours d’une convention qui s’est tenu le mois dernier dans la capitale ivoirienne, le RACI, mouvance politique proche du président de l’Assemblée Nationale, a appelé Guillaume Soro à présenter sa candidature à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, une candidature qui devrait se faire en théorie sans le soutien du RHDP unifié, étant donné la mise à l’écart, du moins pour l’instant, de l’ex-premier ministre du bureau exécutif provisoire mis en place. Le tout premier congrès du parti est même annoncé pour le mois prochain à Abidjan. Seule certitude du moment, le Rassemblement des Houphouëtistes désignera un candidat pour le scrutin présidentiel à venir. Et selon la ministre Affoussiata Bamba Lamine, l’actuel président ivoirien ne serait pas un choix judicieux pour le parti unifié dont elle prédit la défaite lors de la prochaine échéance électorale prévue dans deux ans.

Le RHDP faible sans Soro et Bédié ?

«Soro ne doit rien à Ouattara et les Ivoiriens doivent être sereins car le RHDP sans Bédié et Soro ne pèse pas 2 grammes. Remarquez les signes, nous vivons les derniers jours de Ouattara car ce Monsieur ne gagnera pas d’élection devant Soro, devant Bédié et devant le FPI. En 2020, nous allons dire ADIEU à Ouattara avec son émergence et son rattrapage », a déclaré l’ancienne ministre de la communication. Avec le ralliement de certains cadres PDCI, le RDHP s’implante de plus en plus sur la scène politique. Mais le PDCI n’a pas encore dit son dernier mot puisque Bédié bénéficie toujours du soutien des militants du parti et de plusieurs cadres. Et l’ancien président ivoirien n’exclut pas la possibilité d’une coalition avant 2020 avec certaines forces vives de la Nation, en l’occurrence le FPI. Guillaume Soro sera d’ailleurs reçu par Henri Konan Bédié cette semaine à Daoukro, une visite qui de toute évidence est loin d’être une simple visite de courtoisie.

Lelandais Nouvelle preuve

Nordahl Lelandais mis en examen pour viol sur mineure

CAN 2019 : l’Egypte annonce sa candidature après le recul du Maroc