Mairie du Plateau : les partisans du maire Jacques Ehouo paralysent la commune

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

Pancartes à la main, des dizaines de partisans du maire PDCI Jacques Ehouo sont descendus dans les rues tôt ce lundi matin pour protester contre la mise sous autorité préfectorale de la commune. A l’issue des élections municipales qui ont eu lieu le samedi 13 octobre dernier, le candidat issu du Parti d’Henri Konan Bédié a été déclaré vainqueur du scrutin. Si son concurrent a reconnu sa défaite bien avant l’annonce des résultats officiels par la CEI, le nouveau maire élu n’a toujours pas pris ses fonctions officiellement. Pour cause, le ministère de l’intérieur et de la sécurité a pris un décret plaçant sous autorité préfectorale le quartier des affaires ainsi que quatre autres communes ivoiriennes, étant donné que les maires élus n’ont pas été installés avant la date du 31 décembre conformément à la loi.

Les partisans du maire Ehouo Jacques sont massivement descendus dans les rues de la commune du Plateau pour réclamer l’installation de celui sur qui les populations de la commune avaient porté leur choix le 13 octobre dernier. Outre la commune de Plateau, quatre autres communes de la Côte d’Ivoire ont été placées sous l’autorité de délégations spéciales présidées par les préfets, conformément au décret pris par le ministère de l’intérieur et de la sécurité. Concernant le cas du Plateau, l’installation de la délégation spéciale préfectorale ne fait guère suite à une quelconque réclamation introduite par son concurrent Fabrice Sawegnon qui avait concédé sa défaite bien avant l’annonce officielle des résultats par la CEI. Avant l’installation du nouveau maire élu, un incendie a causé d’importants dégâts au sein de ladite mairie, reportant ainsi la décision d’installation du nouveau magistrat de la commune. Ehouo Jacques sera par la suite convoqué par la police économique suite à une plainte déposée par le maire intérimaire YAPI Jacques le soupçonnant de malversation financière. Mais le maire ne répondra guère à cette convocation à la date indiquée. C’est donc suite à ces soupçons de détournements de fonds que l’installation du nouveau magistrat de la commune a été reportée, donnant lieu à la mise en place d’une délégation spéciale dirigée par des préfets. Considérant ce décret comme un refus évident d’installer le candidat de leur choix, les jeunes atchans de la commune ont érigé plusieurs barrages ce lundi matin dans certaines artères de la commune pour réclamer l’installation de Jacques Ehouo. L’installation du nouveau conseil municipal mettra à un terme à la délégation spéciale mise en place par décret.

> Je regarde  Le Parlement du rire saison II : Tout sur l’émission et ceux qui l’animent

Le maire élu appelé à répondre à la convocation de la police économique

«Une convocation a été délivrée aux conseils de Monsieur EHOUO Jacques Gabriel Martial, en vue de son audition le 03 janvier 2019. Le 02 janvier 2019, les avocats de monsieur EHOUO Jacques Gabriel Martial ont adressé une correspondance au Directeur de la Police Économique et Financière, avec ampliations à la Présidence de la République, au Président de l’Assemblée Nationale, au Président du Sénat, au Ministre de la Justice, au Ministre de l’Intérieur, à la Secrétaire d’État chargée des Droits de l’Homme, au Procureur Général près la Cour d’Appel d’Abidjan, au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance et à plusieurs Chancelleries… En effet, hors session parlementaire, et au regard de l’article 92 alinéa 2 de la Constitution, seule l’arrestation du député n’est pas autorisée. Celle-ci n’est possible que dans les cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnations définitives. À contrario, hors session parlementaire, le député peut être poursuivi. Par conséquent, j’invite Monsieur EHOUO Jacques Gabriel Martial à déférer à la convocation qui lui a été adressée.». A Abidjan, la deuxième commune mise sous autorité préfectorale est la commune de Port Bouët où le PDCI avait également été déclaré vainqueur lors de la reprise du scrutin municipal.

Vous pouvez aussi aimer

>