Accueil ACTUALITÉ Arrestation d’Alain Lobognon : Ehouo Jacques soutient le député de Fresco

Arrestation d’Alain Lobognon : Ehouo Jacques soutient le député de Fresco

ARRESTATION ALAIN LOBOGNON – Alors que toute la Côte d’Ivoire était suspendue à la décision de la libération de l’ex-président ivoirien, le député de Fresco était interrogé ce même jour et placé sous mandat de dépôt.

L’arrestation de Lobognon divise en Côte d’Ivoire car certains estiment qu’au nom de la séparation des pouvoirs législatif et judiciaire, la poursuite ou l’arrestation d’un député encore couvert par l’immunité parlementaire constitue une violation des lois. Convoqué la semaine dernière, l’élu de Fresco a été placé sous mandat de dépôt après son audition lundi. Il a ainsi été conduit à la MACA pour divulgation de fausses nouvelles dans l’affaire Jacques Ehouo.

Convoqué par la police, le député Alain Lobognon a été placé sous mandat de dépôt dans la journée du lundi après son audition. Sa convocation fait suite à une requête du Procureur de la République Adou Richard semaine dernière. Il était reproché à l’élu de Fresco d’avoir divulgué des fausses nouvelles à l’endroit du procureur de la République, notamment dans le cadre de l’enquête judiciaire dont fait l’objet le député Ehouo Jacques élu maire de la commune du Plateau : «L’Assemblée nationale de côte d’ivoire a requis la suspension de la poursuite du député Ehouo Jacques, en application des dispositions de l’article 92 alinéa 3 de la constitution et de l’article 45 alinéa 3 de son règlement. Malgré cela, le procureur a ordonné l’arrestation de notre collègue», expliquait l’élu de Fresco. Après s’être présenté dans les locaux de la police pour son audition ce lundi, le député a été placé sous mandat de dépôt. Il a donc passé sa première nuit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan dans la nuit du lundi 15 janvier 2019. Pour l’heure, l’Assemblée nationale n’a pas encore réagi officiellement à l’arrestation du parlementaire ivoirien déféré à la MACA. En attendant une réaction officielle de l’Assemblée Nationale, le député Ehouo Jacques a tenu à apporter son soutien à son collègue interpellé après son audition hier lundi. Alain Lobognon était l’un des rares députés à avoir officiellement pris position dans l’affaire Ehouo Jacques, le maire de la commune du Plateau qui est soupçonné de détournement de deniers publics. Considéré comme l’un des plus proches collaborateurs de Guillaume Soro, son arrestation suscite de nombreuses réactions d’indignations chez les partisans pro-Soro.

> Lire aussi  1,6 million de dollars de l’Irlande pour les victimes de la sécheresse au Mozambique

Communiqué de Jacques Ehouo après l’arrestation de Lobognon

« J’ai appris ce jour la mise sous mandat de dépôt de l’Honorable Alain LOBOGNON, député de Fresco. La procédure judiciaire qui conduit à l’incarcération de mon collègue intervient en raison de ses déclarations visant à dénoncer la volonté du procureur de procéder à mon arrestation.

Si j’ai jusque là gardé le silence sur l’épisode difficile que je vis en ce moment avec ma famille,  mes proches et tous mes soutiens, c’est pour éviter d’interférer dans l’instruction en cours et pour ne pas donner l’opportunité à qui que ce soit, de déformer ou de mal interpréter toute intervention de ma part.

Je suis solidaire de lui et je désapprouve cette manière de procéder qui n’est pas de nature à favoriser l’expression des libertés individuelles, mais pire encore, fragilise les socles encore fébriles de notre jeune démocratie. L’Honorable LOBOGNON le sait, je suis soucieux de ce qui lui arrive en ce moment et je me tiens en permanence informé de l’évolution de cette situation regrettable, il a mon plein et total soutien.

Je tiens pour conclure à rappeler à l’opinion ainsi qu’aux autorités de notre pays, que je n’ai jamais rien réclamé d’autre que le respect du choix des populations du Plateau qui de façon majoritaire ont désigné à l’issue du scrutin du 13 Octobre 2018, la liste que j’ai conduite.

L’installation du conseil élu ne saurait être une faveur que nous devons réclamer, elle est plutôt un droit démocratique qui ne peut se mêler, ni avoir de lien, avec aucune autre forme de procédure. ».

> Lire aussi  Viols en Côte d’Ivoire : 57% des forces ivoiriennes de sécurité impliquées

Vous pouvez aussi aimer