Guillaume Soro démissionne de la présidence de l’Assemblée Nationale

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

DEMISSION DE GUILLAUME SORO – La séparation entre le PAN et le président Ouattara Alassane a été officiellement actée ce vendredi à l’issue d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale.

Guillaume Soro a finalement libéré ‘‘le tabouret’’ de l’Assemblée Nationale ce vendredi 8 février à l’issue d’une session extraordinaire qu’il avait convoqué. Comme annoncé par le président Ouattara Alassane, le président de l’hémicycle ivoirien a rendu ce vendredi sa démission, actant par la même occasion son divorce avec le RHDP. Attendu au congrès du Parti unifié, Guillaume Soro avait brillé de son absence à ce rendez-vous historique pour le rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie. Maintenant qu’il a rendu le tablier, Guillaume Soro doit être désormais considéré comme un potentiel candidat à la prochaine présidentielle qui aura lieu en octobre 2020.

Pressentie depuis un moment, la démission de Guillaume Soro de la présidence de l’Assemblée Nationale est désormais chose faite. A l’issue d’une session extraordinaire qui a eu lieu ce vendredi, le PAN a officiellement annoncé qu’il démissionne de son poste, comme l’avait annoncé il y’a quelques jours le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux de la presse. Cette démission est consécutive à une série de pressions subies par le PAN concernant sa position sur le parti unifié. S’il avait toujours privilégié le dialogue entre Ouattara et Bédié, Guillaume Soro était de ceux qui appelaient à la poursuite des négociations entre les deux leaders politiques qui ont officialisé leur séparation l’année dernière lors du retrait du PDCI du parti unifié RHDP. Attendu au congrès du 26 janvier 2019, Guillaume Soro ne s’y rendra pas, comme ce fut le cas en septembre 2017 pour le dernier congrès du RDR au palais des sports de Treichville. Sa démission est donc consécutive à son refus d’adhérer au parti unifié RHDP, comme il l’a lui-même indiqué ce vendredi pendant son allocution : «En ce mois de janvier 2019, j’ai eu le privilège de plusieurs audiences avec le Président de la République notamment le 5 janvier et le 25 janvier. Il a été question de mon engagement politique et de mon positionnement idéologique vis-à-vis du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Cette question aussi importante soit-elle a nécessité, de ma part, réflexion et décision. Oui, j’ai choisi de ne pas m’engager au sein du RHDP unifié. Ainsi, je n’ai point pris part au congrès ordinaire du 26 janvier dernier au stade Félix-Houphouët-Boigny. Grave erreur ! Grave faute ! Ont tôt fait de clamer certains de mes compères. Mais voyez-vous je suis homme à croire plus au jugement de l’histoire qu’au jugement des hommes.

> Je regarde  Bénin : la rentrée 2017-2018 débute ce lundi 18 septembre

‘‘Suivre mes convictions’’

« Conviction, le mot est lâché. Je veux que de moi, mes concitoyens, mon épouse, mes enfants, ma famille, mes collaborateurs, mes proches, mes compagnons et je pense ici au Député Alain Lobognon et tous les autres proches en ce moment en prison, retiennent de moi, le souvenir d’un homme de conviction, débout, face aux lendemains mêmes incertains. A cet instant précis, je rends ma démission de mes fonctions de Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Oui, j’ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix pour la Côte d’Ivoire comme je l’ai déjà fait par le passé.», a indiqué ce vendredi l’ancien président de l’Assemblée Nationale. Guillaume Soro est désormais une option à envisager pour la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, étant donné que sa défection rappelle un peu le scénario d’Emmanuel Macron qui, au plus fort de sa popularité au sein du Parti socialiste, avait décidé de quitter le gouvernement et déposer sa candidature à la présidentielle française.

Vous pouvez aussi aimer

>