Troisième mandat d’Alassane Ouattara : le ministre de la justice pris au piège ?

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

CANDIDATURE DU PRESIDENT OUATTARA – S’il n’a pas encore officiellement donné sa position, le président ivoirien ne cesse d’entretenir la polémique en confirmant qu’il est bel et bien éligible à un troisième mandat.

Le troisième mandat du président Ouattara était l’une des principales raisons qui suscitait la méfiance de quelques ivoiriens dans le projet de nouvelle constitution, une constitution taillée sur mesure, affirmaient certains à l’époque. Avant l’adoption de la nouvelle législation, Sansan Kambilé, actuel ministre de la justice, s’exprimait lui aussi sur la polémique du 3e mandat en 2020.

Après deux mandats constitutionnels, le président Ouattara Alassane signe et persiste sur la possibilité pour lui de prétendre une troisième fois à la magistrature suprême. Pourtant, la constitution ivoirienne semble claire sur ce sujet,  à savoir que le président de la République est élu pour une durée de cinq et renouvelable une fois. Mais dans une récente interview accordée au quotidien RFI, le président ivoirien affirmait pourtant le contraire, arguant que la nouvelle constitution lui donnait le droit de se présenter à nouveau, en l’occurrence en 2020 s’il le souhaitait : «C’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite. C’est une nouvelle Constitution qui a touché non seulement à l’exécutif, avec un poste de vice-président, qui a touché au législatif avec la création d’un Sénat, qui a touché au judiciaire, avec la création de nombreuses cours plutôt que des chambres. C’est une toute nouvelle Constitution. Et tous les avis juridiques que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution.». Mais cet avis n’est guère partagé par toute la classe politique ivoirienne, en l’occurrence l’opposition ivoirienne qui interprète cette possibilité comme un forcing au mépris de la législation ivoirienne. Mais il n’y a pas que l’opposition ivoirienne qui affirmait l’impossibilité pour le président ivoirien de prétendre à un troisième mandat. Dans son propre camp, nombre de personnalités politiques déclaraient il y’a quelques années que le chef de l’état n’était guère éligible pour un troisième mandat à la tête du pays. Au plus fort de la polémique sur les réels enjeux de la nouvelle constitution, Sansan kambilé, l’actuel garde des sceaux et ministre de la justice, expliquait aux députés que le président Ouattara n’avait nullement l’intention de se présenter en 2020. Mieux, le ministre de la justice allait jusqu’à affirmer qu’il serait en mesure, si besoin était, de démontrer juridiquement qu’Alassane Ouattara ne peut pas se présenter à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire.

> Je regarde  Eliminatoires Mondial 2018 Afrique: le Nigéria et l’Egypte qualifiés

L’extrait du discours de Sansan kambilé en 2016

« Vous suborderez que le Président de la république entend être candidat en 2020. Monsieur le député, son Excellence monsieur le Président de la république a toujours dit qu’il ne sera pas candidat en 2020. C’est un homme de parole, et je tiens à vous rappeler, je pourrai vous démontrer comment il lui sera impossible d’être candidat en 2020. Et vous savez, tous les exemples que vous avez pris, tous les pays dans lesquels les chefs d’États ont entendu se maintenir au pouvoir, on fait la réforme constitutionnelle avant les élections, pas après. On fait sauter le verrou avant et on va aux élections. Et donc, je peux vous rassurer monsieur le député, cela n’est pas vrai.», dixit le Garde des sceaux il y’a environ trois ans.

Vous pouvez aussi aimer

>