Décès d’un gendarme à Toroghué : suicide ou assassinat?

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

GENDARME RETROUVE MORT – Un maréchal de Logis, en service dans la très réputée gendarmerie de Toroghué, a été retrouvé mort au sein du camp dans lequel il était en service. Une enquête a tout naturellement été ouverte pour élucider ce décès brutal.

La mort du MDL Modi Jaurès Rivarol Amaffou suscite actuellement de nombreuses interrogations. Le corps sans vie du jeune gendarme a été découvert au sein de la gendarmerie de Toroghué dans la ville de Daloa. Une enquête a été ouverte pour élucider les circonstances de cette mort qui reste un fait pour le moins inhabituel dans ce camp réputé pour la formation des gendarmes en Côte d’Ivoire.

Un fait pour le moins inhabituel à la gendarmerie de Toroghué suscite diverses interrogations. Le corps sans vie d’un gendarme a été découvert dans la base dans des circonstances encore inexplicables. La victime, le maréchal de Logis Modi Jaurès Rivarol Amaffou, était en service dans la prestigieuse école de gendarmerie en Côte d’Ivoire. Selon les images que nous avons reçues, la victime a été découverte morte assise, avec son arme de service, une kalachnikov, posée entre ses jambes. Et bien avant la découverte macabre de sa dépouille, le maréchal de Logis aurait eu des échanges sur WhatApps avec un ami à qui il aurait annoncé sa mort, ce qui laisse penser qu’il s’agit probablement d’une mort préméditée : «je ne serai plus de ce monde today», lisons-nous dans le message WhatApps à priori attribué à la victime. Le maréchal de Logis Modi Jaurès Rivarol Amaffou aurait même insisté pour que son interlocuteur soit présence à ses funérailles, sans trop en dire d’avantage sur ce qui se passait réellement ce lundi 1er avril. Pour, l’heure, la thèse du suicide paraît plausible mais à en juger par l’arme retrouvée sur la victime, une kalachnikov, il est difficilement envisageable que le maréchal de Logis Modi ait réussi à retourner cette arme contre lui. Quoi qu’il en soit, la gendarmerie a ouvert une enquête pour élucider ce meurtre du jeune gendarme dont le corps sans vie a été découvert à Toroghué.

> Je regarde  Facebook donne la priorité aux éditeurs «dignes de confiance»

Communiqué de la gendarmerie

«Le lundi 1er avril 2019, le Maréchal Des Logis MODI JAURES RIVAROL AMAFFOU, en service à l’École de Gendarmerie de Toroguhé (Daloa) a trouvé la mort dans des conditions tragiques. Son corps sans vie a été retrouvé dans l’enceinte de l’établissement, une arme de dotation entre les mains. 
Une enquête est ouverte pour élucider les circonstances de ce drame.

Le Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale adresse ses plus sincères condoléances à la famille du défunt et exprime son soutien à l’ensemble du personnel de la Gendarmerie Nationale.

Fait à Abidjan, le 1er avril 2019

Le Général de Brigade Alexandre Apalo TOURE, 
Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale».

Vous pouvez aussi aimer

>