Reforme de la CEI : Affi N’Guessan recadre Alassane Ouattara

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE – Lors de son discours à l’ouverture de la session parlementaire 2019, le président ivoirien est revenu sur la question de la réforme de la CEI, évoquant un simple réexamen de l’organe.

Affi N’Guessan a réagi au discours du président Ouattara tenu à l’Assemblée Nationale ivoirienne dans le cadre de l’ouverture de la session parlementaire 2019. Parmi les sujets évoqués par le chef de l’état, la réforme de la CEI, un sujet qui divise encore gouvernement et opposition, malgré les bonnes intentions de part et d’autres. Pour l’état, il sera question d’une recomposition de l’organe électoral, tandis que l’opposition ivoirienne appelle à une refonte en profondeur de l’instance.

Le gouvernement va-t-il revoir sa copie sur la question de la réforme de la CEI ? Seule certitude du moment, des voix s’élèvent de plus en plus au sein de l’opposition pour déplorer la vision du gouvernement sur le sujet. Lors de son discours à la session parlementaire le président ivoirien plantait le décor de ce vaste chantier qu’est la réforme de commission électorale indépendante : «j’ai  instruit  le  Premier  ministre,  à  l’effet  de  rencontrer  les responsables des partis politiques et de la société civile en vue de réexaminer la composition de la Commission électorale indépendante, comme je l’avais promis, conformément aux recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples….A l’issue de ce dialogue politique entamé début janvier 2019, je déposerai devant votre institution un projet de loi relatif à la Commission électorale indépendante, prenant en compte les propositions qui renforcent la confiance dans cette importante institution». Mais l’arrêt de la Cour Africaine recommande une vaste réforme de la commission électorale, une analyse partagée également par Pascal Affi N’Guessan : « Nous avons à plusieurs reprises indiqué que pour nous c’est une refonte totale du dispositif des élections. Il ne s’agit pas seulement de changer des membres de la CEI, mais de reconstruire une CEI qui fait confiance et nous ferons valoir nos actions dans le cadre des négociations ».

> Je regarde  Côte d’Ivoire : un député RDR rejoint le RACI, mouvement proche de Guillaume Soro

La tête de Youssouf Bakayoko réclamée

A la tête de l’institution depuis une dizaine d’années, Youssouf Bakayoko pourrait céder son fauteuil à l’issue de la réforme de la commission électorale voulue par le gouvernement. Parmi les propositions formulées par l’opposition, figure entre autres le départ de l’actuel président de la CEI. Pour le succéder, l’opposition ivoirienne préconise qu’une personnalité de la société civile soit désignée pour cette responsabilité suite à un appel à candidature. Mais le gouvernement n’envisage pas pour l’instant une vaste réforme de la CEI, mais une simple recomposition de l’organe. La crédibilité des résultats de la prochaine présidentielle est en grande partie liée à la réussite de la réforme de la commission électorale indépendante.

Vous pouvez aussi aimer

>