Côte d’Ivoire : le royaume baoulé divisé sur le soutien politique au RHDP

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

CRISE AU ROYAUME BAOULE – L’intronisation du nouveau roi de la chefferie Akan a suscité diverses réactions, étant donné que les raisons de la destitution de la reine en place étaient, pour certains, liées à un éventuel soutien qu’elle vouerait au parti unifié.

Moh N’Gah Tanou Monique connue comme la reine mère des baoulé a abdiqué du trône il y’a de cela quelques jours. L’intronisation de fils Kassi Anvo, début d’une nouvelle ère dans le royaume, alimentent encore la polémique, certains étant persuadés que la destitution de la reine serait lié à des raisons politiques. Plusieurs chefs coutumiers baoulés issus de la région du Gbêkê ont manifesté leur mécontentement suite à la destitution de sa Majesté Nanan Akoua Boni II.

Le royaume Baoulé affiche une unité apparente sur la question de l’intronisation Kassi Anvo qui a été récemment installé sur le trône. Dans le fonds, le royaume semble manifester quelques divergences sur cette sensible question de la succession au trône. Le mois dernier, sa Majesté Nanan Akoua Boni II, au sommet du trône depuis quelques années, a fait l’objet d’une procédure de destitution qui a conduit son fils au sommet du royaume Akan. Si l’intronisation d’un nouveau roi dans le royaume baoulé n’a rien de surprenant, des langues se délient de plus en plus pour dénoncer les circonstances de l’intronisation du nouveau roi de la chefferie Akan en Côte d’Ivoire. Dans une déclaration produite après la destitution de sa Majesté Nanan Akoua Boni II, connue à l’état civil sous le nom de Moh N’Gah Tanou Monique, plusieurs chefs coutumiers baoulés issus de la région du Gbêkê, ont déploré les circonstances dans lesquelles Kassi Anvo, fils de la reine mère, a accédé au trône : « Réuni ce jour (1er avril) autour de sa Majesté Nanan Akoua Boni II, reine du royaume Baoulé, le Conseil du royaume Baoulé a analysé minutieusement les manœuvres de déstabilisation de sa reine, orchestré par des individus animés par toutes sortes d’intentions sauf la grandeur du royaume Baoulé… Le Conseil du royaume Baoulé au regard des us et coutumes, condamne avec la dernière énergie, ces méthodes étranges dont l’unique but est de perturber la quiétude de nos braves populations, mettant ainsi en mal la paix et la cohésion sociale au sein de notre royaume». Mais à en croire certains cadres au sein de la chefferie Akan, le nouveau roi a bel et bien été intronisé suivant la coutume.

> Je regarde  Finale miss Côte d’Ivoire : mise au vert des finalistes 2016

Deux chaises dans le royaume baoulé

«Pour éclairer la lanterne de tout un chacun, nous nous permettrons de faire des précisions sur ce qui se passe dans le Royaume Baoulé. Dans tous ces royaumes, il a toujours existé deux (2) Chaises. La Chaise Royale (Yassoua Bia), la Première Chaise en termes d’importance, sur laquelle on installe les Rois ; et sur cette chaise ne s’assoit jamais une femme. On n’installe jamais une femme sur cette chaise-là. C’est la chaise de commandement. L’occupant étant perçu comme un chef guerrier (Le Roi). La seconde chaise, qui est la chaise de la Reine Mère (Bla Bia), est celle réservée aux femmes. C’est sur cette chaise que s’assoit la Reine Mère. Celle qui occupe cette chaise est la Reine Mère… Que ceux qui ne connaissent pas nos Us et Coutumes arrêtent de créer sur fond de mensonges, consciemment ou inconsciemment, dans les journaux et réseaux sociaux, une situation qui n’existe pas. Il faut arrêter de jouer avec le Trône. Cela peut vous être préjudiciable tôt ou tard.  Nous demandons donc à tous nos frères Baoulés, de quelque région qu’ils proviennent de continuer d’être Baoulé et fier, et de continuer d’être solidaire autour de leur plus grand symbole, le garant de  leur système de valeurs, leur Roi Baoulé.», lisons-nous dans une déclaration produite par l’association des cadres issus de la ville de Sakassou, déclaration qui devrait mettre un terme à la polémique sur cette succession.

Vous pouvez aussi aimer

>