Accueil ACTUALITÉ Charles Blé Goudé attaque en justice le journal ivoirien ‘‘Le Sursaut’’

Charles Blé Goudé attaque en justice le journal ivoirien ‘‘Le Sursaut’’

plainte ble goude

PLAINTE BLE GOUDE – Acquitté en première instance depuis le 15 janvier, l’ancien ministre de la jeunesse sous Laurent Gbagbo s’est récemment trouvé au centre d’une polémique suite à une déclaration d’un journal qui lui aurait été attribué.

Charles Blé Goudé n’a pas mis du temps à réagir à la rumeur qui s’est répandue sur les réseaux sociaux à une publication du quotidien ‘‘Le Sursaut’’. Rapportant une déclaration de l’ancien ministre de la jeunesse sous Laurent Gbagbo, le journal ivoirien avait par la même occasion livré l’ancien leader de la jeunesse patriotique à un véritable lynchage médiatique sur les réseaux sociaux, alors qu’il joue la carte de l’apaisement depuis sa sortie de prison. En réactions aux allégations répandues par le quotidien ivoirien, l’ancien leader des jeunes patriotes a décidé de poursuivre les auteurs de cette fausse information en justice par la voix de ses avocats.

Selon une information rapportée par le journal Le Sursaut, Charles Blé Goudé, depuis la Haye où il se trouve actuellement, aurait affirmé : «9 citoyens sur 10 ne trouvent pas du travail. Où va l’argent ?». Comme il fallait s’y attendre, cette déclaration à attribuée à l’ancien leader de la jeunesse patriotique a suscité de nombreuses réactions sur la toile. Charles Blé Goudé qui joue la carte de l’apaisement aurait-il décidé de s’attaquer au bilan du président Ouattara Alassane à sa sortie de prison ? L’ancien ministre de la jeunesse sous Laurent Gbagbo n’a pas mis du temps à rectifier le tir. Dans un communiqué officiel relatif à cette déclaration, l’ancien leader de la jeunesse patriotique a formellement démenti l’information véhiculée par le quotidien ‘‘Le Sursaut’’ et relayée sur la toile par de nombreux internautes ivoiriens. Mais Blé Goudé ne s’est pas limité à un simple démenti. L’ex-leader des jeunes patriotique a décidé de saisir ses avocats en vue d’entamer des poursuites contre les auteurs de cette déclaration, en gros des poursuites judiciaires contre le journal ivoirien à l’origine de cette propagande : «Chers compatriotes,  Plongé dans cette nuit Pascale, j’ai été surpris d’apprendre dans un article publié par un organe de presse ivoirien « Le Sursaut » et relayé sur les réseaux sociaux, des propos de moi relatifs à la situation du chômage dans mon pays.  J’apporte un démenti formel à cette allégation. Le but de ce billet est de ternir mon image, me livrer en pâture.  Je réaffirme mon engagement pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire car le pardon est une solution inévitable à la reconstruction d’une Côte d’Ivoire nouvelle et de paix. Nous devons construire notre pays dans le respect de nos différences sociales, celles qui enrichissent le débat politique.  Dans les prochains jours, j’engagerai des poursuites avec mon conseil contre les auteurs de cette manipulation.», lisons-nous dans le communiqué officiel de l’ancien ministre de la jeunesse sous Laurent Gbagbo.

> Lire aussi  Gilets jaunes : Voici les lieux de manifestation sur Paris

Toujours à la recherche d’un pays d’accueil

Contrairement à son mentor Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé est toujours à la Haye, malgré sa remise en liberté conditionnelle. Pour cause, aucun pays d’accueil au niveau de l’Europe ne souhaite à cette heure accueillir l’ancien leader de la jeunesse patriotique, en attendant son éventuelle libération définitive. Mais aux dernières nouvelles, le Rwanda et l’Afrique du Sud auraient proposé d’accueillir Charles Blé Goudé, une information à prendre toutefois avec quelques réserves puisque les conseils de l’ancien ministre sous Gbagbo ne l’ont pas encore confirmé. A en croire les bruits qui courent, l’ancien leader des jeunes patriotes aurait décliné ces deux propositions, affirmant que son souhait serait de regagner sa terre natale, la Côte d’Ivoire. Pour rappel, le procès à la Cour pénale internationale contre l’ancien dirigeant ivoirien et son protégé n’est pas encore terminé.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.