Vol de données internet Moov : l’opérateur était-il informé du dysfonctionnement?

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

VOL DATA MOOV – L’opérateur mobile présent sur le sol ivoirien a révélé dans un communiqué que certains de ses employés s’adonnaient à la commercialisation illicite de volumes internet. Un audit a été lancé par l’opérateur qui explique par ailleurs avoir mis la main sur les auteurs de cette pratique frauduleuse.

L’opérateur moov en Côte d’Ivoire a révélé dans un communiqué qu’un audit interne avait été lancé suite à des fraudes constatées sur le service de données internet. D’après l’opérateur, certains salariés se sont livrés à la vente illicite de data à des clients pour leurs propres comptes. L’audit en cours a déjà porté ses fruits puisque le réseau mobile a indiqué dans son communiqué que les auteurs présumés de ce vol ont été mis à la disposition des autorités compétentes. Depuis la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, un des présumés suspects dans cette affaire de fraude a rendu sa version des faits. A en croire les révélations d’Olivier Bassa, employé temporaire à Moov, l’opérateur mobile était informé du dysfonctionnement sur ce service.

L’opérateur mobile Moov navigue actuellement en eau trouble en Côte d’Ivoire. La cause, l’arrestation du dénommé Olivier Bassa, un temporaire qui exerçait pour le compte de l’entreprise de téléphonie mobile dans la ville de Bouaké. Dans un témoignage diffusé sur la toile, l’intérimaire en question révèle avoir été écroué à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, au motif qu’il serait impliqué dans un scandale de vol et de vente illicite de données Internet Moov. Titulaire d’un BAC+5, le temporaire a été écroué à la MACA il y’a environ une semaine, le jeudi 18 avril pour être plus précis. Dans un communiqué diffusé sur la toile, l’opérateur mobile a révélé qu’une partie de ses employés s’adonnaient à des fraudes sur les données internet. Un audit interne lancé a permis d’interpeller plusieurs employés de la maison de téléphonie. Parmi les présumés auteurs de cette fraude, figurerait le dénommé Olivier Bassa, un jeune ivoirien diplômé titulaire d’un BAC+ 5 en Marketing. D’après la version des faits rapportée par ce dernier, le réseau Moov avait été informé du dysfonctionnement de son service de données Internet : «Je finissais à 19H au lieu de 16h30 et je n’ai toujours pas bronché… Tout ce sacrifice pour amener mon employeur à avoir un regard favorable sur moi … Hélas !! Voici qu’un jour je fais la découverte d’une faille dans le système permettant de donner à volonté des data internet à des clients. Très tôt j’ai suivi le conseil acquis au cours de la formation : J’ai informé mon aîné et ce dernier m’a fait comprendre qu’il a lui-même notifié à la direction un tel dysfonctionnement depuis septembre 2018 et qu’aucune suite favorable ne lui avait été envoyé et que par son expérience cela était légal. Je n’ai pas voulu m’arrêter aux dires de mon collègue alors j’ai exigé l’envoi d’un mail à qui de droit, chose qui a été faite… Et toujours aucune réaction !!! On a dû émettre un appel pour s’assurer que la direction avait eu connaissance du cas. Malgré cela toujours rien… et voilà qu’à ma grande surprise je suis interpellé dans les locaux de Moov par la police économique et déféré à Abidjan pour être écouté par le procureur de la république».

> Lire aussi  Didier Drogba offre la première école primaire de sa fondation

Un préjudice de 53 millions de Fcfa

Si l’opérateur reste pour l’instant discret sur cette affaire, l’un des employés mis en cause dans ce scandale de vol de données chez Moov, a livré de plus amples détails sur le montant du préjudice financier : «Aujourd’hui Moov Cote d’Ivoire réclame 53 millions pour le retrait de sa plainte comme si j’avais une telle somme je serais aller travailler pour eux pour un salaire de 100 mille francs avec mon diplôme de Bac + 5.», a fait savoir le temporaire arrêté.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.