Côte d’Ivoire : passe d’armes entre Doumbia Major et Mamadou Traore (pro-Soro)

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

REVELATIONS DOUMBIA MAJOR – Depuis plusieurs semaines, le président du congrès panafricain pour le renouveau multiplie les révélations visant Guillaume Soro. Après l’avoir accusé de tentative d’assassinat, l’universitaire ivoirien est passé de nouveau à la charge en accusant cette fois l’ex-Pan de crimes économiques durant la rébellion.

Plus aucune journée ne passe sans que Doumbia Major ne lance des pics à Guillaume Soro. Face à la récurrence des révélations du président du CPR, nombreux sont les proches de l’ex-Pan qui montent au créneau pour mettre à nu les arguments avancés par le détracteur de l’ancien président du parlement ivoirien. Sur la question de l’audit de la centrale des forces Nouvelles, c’est Mamadou Traoré, un des conseillers de l’ancien président de l’Assemblée Nationale, qui a brisé le silence en révélant cette fois comment le détracteur de Soro a tiré profit des ressources financières de la centrale pour son émergence sociale.

Dans l’une des récentes interventions, Doumbia Major a plaidé pour un audit de la centrale des forces nouvelles, une structure de circonstance qui avait été mise en place pour gérer financièrement les anciennes zones CNO. Pour rappel, cette instance a été créée par Guillaume Soro a qui certains attribuent à bien des égards la paternité de la rébellion qui a conduit en 2002 à la scission du pays en deux parties. Après avoir milité pour la même cause, Guillaume Soro et Doumbia Major ne fument plus le calumet de la paix depuis quelques temps, depuis le refus de l’ancien président du parlement ivoirien d’épouser l’idéologie du pouvoir actuel. Accusant Guillaume Soro de malversations financières à travers la centrale des forces nouvelles, le président du CPR a été lui aussi accusé par un pro-Soro d’avoir bénéficier des retombées de la structure mise en place pendant la rébellion en Côte d’Ivoire : «Vu que la rébellion pourrait durer dans le temps, il fallait s’organiser pour avoir les moyens de la gérer.  C’est ce qui a amené Guillaume Soro a solliciter l’expertise de certains de ses compagnons de lutte tel que le Ministre Moussa Dosso et le docteur Deya André, qui était à l’époque enseignant d’économie à l’Université de Bouaké et qui l’est toujours, afin de lui proposer une structure capable de mobiliser des ressources financières pour gérer ses troupes et acquérir des armes pour combattre Laurent Gbagbo…Il est bon de savoir par tous que la Centrale ,que Doumbia Major attaque aujourd’hui, lui a rendu d’énormes services.  En effet,il ne pourra pas nier le fait que la Centrale ait payé ses nombreux billets d’avion lorsqu’il se rendait régulièrement en France pendant qu’il était encore dans la rébellion.  La centrale a entretenu sa famille, ses parents lorsqu’il était en exil en Europe.  C’est la centrale qui a financé ses études afin qu’il obtienne, après beaucoup de transpiration, son doctorat qui lui a permis d’avoir son emploi actuel à l’Université d’Abidjan.», a martelé Mamadou Traoré, l’un des conseillers de Guillaume Soro.

> Je regarde  Côte d’Ivoire: production des cartes des assurés de la couverture maladie universelle

La réplique n’a pas tardé

C’est avec une certaine ironie que Doumbia Major a répondu à Mamadou Traoré qui lui rappelait comment il aurait bénéficié des ressources financières de la centrale des forces nouvelles pour son insertion sociale : «Vous aimez Doumbia Major tellement qu’au lieu de financer le doctorat d’un professeur de lycée comme toi qui est si dévoué à servir Guillaume Soro, c’est le doctorat de Doumbia Major, un individu que vous-même avez manqué de tuer à trois reprises, dont vous allez payer les études ! Pathétique. Quand on vous accuse de crime économique et que vous n’avez aucun argument, la seule stratégie puérile qui vous reste c’est dire : “nous ne sommes pas les seuls à avoir volé” et vous inventez des prétendus bénéficiaires du fruit de votre vol, croyant ainsi vous disculper ou atténuer votre crime».

Vous pouvez aussi aimer

>