Alpha Condé à Abidjan entretient le flou sur son 3e mandat

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

3e MANDAT GUINEE – Alors qu’il tend vers l’achèvement de son second mandat, le président guinéen n’a toujours pas adoubé de dauphin au sein de son parti, une situation qui pousse tout naturellement les opposants guinéens à le soupçonner de préparer un passage en force.

La question du troisième mandat d’Alpha Condé a été évoquée par les journalistes lors de sa conférence de presse animée conjointement avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Comme c’est le cas depuis des mois, le président a continué d’entretenir la confusion sur ce sujet qui divise tant les guinéens. Mais avec la tenue d’un référendum, les opposants guinéens se préparent déjà à cette éventualité, raison pour laquelle des actions ont déjà été initiées sur le terrain pour battre campagne contre cette nouvelle candidature du président en exercice. Depuis la capitale économique ivoirienne, le président guinéen dit observer ce débat, laissant le choix au peuple guinéen.

Le président guinéen Alpha Condé était en visite d’état dans la capitale économique ivoirienne. Outre les enjeux économiques de cette rencontre avec son homologue ivoirien, certains journalistes n’ont pu s’empêcher d’évoquer un sujet d’actualité qui secoue actuellement toute la Guinée, à savoir l’éventualité du troisième mandat d’Alpha Condé. Mais la constitution actuelle en Guinée ne l’y autorise pas. Il faudrait donc passer par un référendum pour soumettre au peuple guinéen un projet de révision constitutionnelle. Si Alpha Condé n’a pas encore levé le voile sur ses futures ambitions politiques, l’opposition guinéenne et la société civile se préparent déjà à cette éventualité sur le terrain, comme l’a récemment souligné Sidya Touré, un opposant à l’actuel régime en Guinée : «nous sentons qu’il y a des velléités tendant à introduire, paraît-il, une nouvelle Constitution, mais dont l’objectif final est tout simplement d’octroyer un troisième mandat à Alpha Condé…Il finance beaucoup d’associations, beaucoup de personnalités, des artistes. Et tout ceci, pour organiser dans les quartiers, dans les villes de l’intérieur des mouvements tendant à faire croire qu’il s’agit d’une demande populaire… Nous savons que c’est l’objectif final d’Alpha Condé. Donc, nous nous préparons à cela. Avant d’arriver au référendum, il va falloir introduire un projet de loi à l’Assemblée. Et avant l’Assemblée, nous serons là pour nous opposer de manière totalement ferme à cet objectif que le gouvernement prépare en ce moment.», a souligné l’ex-allié du président guinéen dans une interview accordée à RFI. Dans le cadre de sa visite de travail à Abidjan, Alpha Condé a été tout naturellement interrogé sur ce troisième mandat qu’il préparerait à travers l’organisation d’un référendum en Guinée.

> Je regarde  Nigéria Commémoration du Biafra : 17 personnes tuées par l’armée

Ce n’est pas un débat qui m’intéresse, affirme le président guinéen

«Pour le moment, il y a un débat en Guinée, moi j’observe. Ce qui est évident, le peuple guinéen est un peuple souverain et personne ne peut empêcher ce peuple guinéen de s’exprimer s’il veut s’exprimer. J’ai été élu par le peuple de Guinée, je n’ai de compte à rendre qu’au peuple de Guinée éventuellement au peuple africain. Donc je n’ai pas de compte à rendre à l’extérieur, je fais ce qui sera la volonté du peuple de Guinée, parce que c’est lui qui m’a élu grâce au peuple africain. Parce que lorsque j’étais en prison, tous les pays africain se sont mobilisés…Ce n’est pas un débat qui m’intéresse, mais, je le laisse se développer dans le pays», a indiqué le président guinéen lors de sa visite en Côte d’Ivoire. Mais pour l’opposant, Sidya Touré, il existe des problèmes beaucoup plus urgent que ce passage en force que préparerait le dirigeant actuel de la Guinée : «Nous avons des besoins immédiats en Guinée, avoir de l’électricité depuis 9 ans, avoir de l’eau, avoir de l’assainissement. Depuis 9 ans, il n’y a pas une seule ville de Guinée où vous avez une fourniture d’électricité pendant ne serait-ce que 12 heures par jour. Voilà les questions qui préoccupent les populations guinéennes».

Vous pouvez aussi aimer

>