Doumbia Major: «le seul parti qui a planifié est génocide est le FPI»

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

GENOCIDE COTE D’IVOIRE – Alors que l’aile radicale du front populaire ivoirien milite pour la reconnaissance du massacre des wê en Côte d’Ivoire, les réactions de condamnation à l’égard de cett initiative se multiplient. Après Anne Oulotto, c’est le président du CPR qui monte au créneau pour cracher ses vérités au front populaire ivoirien.

Doumbia Major est décidément sur tous les fronts. Connu pour ses positions musclées à l’égard de Guillaume Soro, le président du Congrès Panafricain pour le renouveau ne mâche pas aussi ses mots lorsqu’il s’agit de recadrer le front populaire ivoirien. A l’occasion de la récente fête de la liberté, le FPI avait souhaité voir le gouvernement reconnaître le génocide du peuple wê dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Anne Oulotto, originaire dudit groupe ethnique, a brisé le silence en revelant qu’aucun massacre n’avait été commis comme le prétendent si bien certains partisans du front populaire ivoirien. Le président du CPR a pour sa part, tenu pour responsable la tendance radicale du front populaire ivoirien dans ces supposés projets génocidaires qui auraient eu lieu en Côte d’Ivoire.

Après avoir accusé Charles Blé Goudé d’être l’auteur du tout premier attentat terroriste en Côte d’Ivoire, Doumbia Major poursuit dans ses offensives à l’égard du front populaire ivoirien. Le président du CPR n’a pas caché son indignation lorsque plusieurs cadres du FPI ont appelé l’état à reconnaître le génocide des wê en Côte d’Ivoire : «Il a eu génocide ici et il faut que l’Etat fasse des réparations de ce que vous avez vécu. Mais je vous demande de tout pardonner car le pardon est un médicament qui apaise les cœurs», lançait l’ancienne première dame lors la fête de la liberté célébrée fin avril dans la ville de Duékoué. La réaction de Doumbia Major aux révélations de la Vice-présidente du FPI, n’a pas tardé : «Un génocide, ça se prépare avec un discours génocidaire contre une catégorie ethnique ou communautaire donnée. Dans ce pays, le seul parti politique qui a planifié un génocide en qualifiant des humains d’insectes et de nuisibles dont il fallait désinfecter les listes électorales, c’est bien le FPI. Le seul parti qui dans sa rethorique a utilisé le terme BAYGONNER, le seul parti qui a qualifier une partie des ivoiriens de maïs qu’ils allaient piler c’est bien le FPI, le seul parti à avoir catégorisé les populations de tout un groupe ethnique d’assaillants, pour les stigmatiser et préparer l’opinion à leur extermination, c’est bien le FPI…C’est ce projet génocidaire que le FPI poursuit en se promenant de région en région pour faire des commémorations ethnique, pour creuser les divisions ethniques en construisant des monuments ethniques qui renforcent et cristallisent la haine, au lieu de prôner le vivre ensemble. C’est gens sont tout simplement des haineux, dangereux pour le vivre ensemble dans notre pays.», souligne le président du congrès panafricain pour le Renoveau.

> Je regarde  Eudoxie Yao : la « Bomba Latina » ivoirienne qui fait perdre la tête et affole les réseaux sociaux

Anne Oulotto dément un génocide des wê

Bien avant Doumbia Major, la ministre Anne Oulotto s’était elle aussi exprimée sur ce prétendu génocide des wê qui aurait été commis pendant la crise post-électorale : «Je veux saisir l’opportunité de cette tribune pour annoncer un message parce que récemment, j’ai été choquée d’entendre d’éminents hommes politiques qui ont fait des activités politiques dans le pays Wê. Si un peuple We avait été victime de génocide, je ne serais pas en vie, moi qui vous parle parce que je suis We. Faisons la politique de la paix, du rassemblement et du développement. Faisons la politique de la cohésion et du vivre ensemble. Si chacun veut chercher des poux dans les cheveux de l’autre, il trouvera des poux. Il y a un temps pour tout. Il y a un temps pour la guerre mais il y a aussi un temps pour la paix».

Vous pouvez aussi aimer

>