Ivoirité : le gouvernement condamne les déclarations d’Henri Konan Bédié

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

DECLARATION IVOIRITAIRE BEDIE – Pour certains, ces propos tenus par le président du PDCI sont bel et bien la preuve que la question de l’ivoirité est loin d’être un mauvais souvenir. Pour rappel, ce sujet sensible avait été à l’origine de la mise à l’écart de la première candidature du président Ouattara pour une présidentielle ivoirienne, suite à des doutes formulées sur sa nationalité.

Le gouvernement n’a pas caché son inquiétude après les propos tenus par Henri Konan Bédié, le président du PDCI RDA. Abordant la question de l’orpaillage clandestin, le sphinx de Daoukro a dénoncé la présence d’étrangers venus de plusieurs pays voisins qui s’attribueraient illicitement la nationalité ivoirienne en vue de déposséder les vrais ivoiriens de leurs terres. La réponse du porte-parole du gouvernement n’a pas tardé, tout comme la réponse du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, qui n’a pas hésité à mettre en cause la responsabilité du sphinx de Daoukro dans les récents affrontements intercommunautaires qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire. Outre les condamnations, le porte-parole du gouvernement a rappelé au président du PDCI que de tels propos sont passibles de sanctions.

C’est sans langue de bois que le président du PDCI a tenté d’aborder un sujet sensible en Côte d’Ivoire, la question de l’ivoirité. Il y’a de cela quelques jours, Henri Konan Bédié recevait chez lui une délégation de son parti. Lors des échanges, le président du Pdci est revenu les conséquences de l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire. Dans ces déclarations, le chef du parti démocratique de Côte d’Ivoire a appelé les ivoiriens à se mobiliser pour faire barrage à cette pratique, car : «On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés dans beaucoup de villages… Il faut simplement que nous soyons conscients que le moment venu, nous agirons pour empêcher ce hold-up de la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage… Il faut que nous réagissions pour que les ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’ivoirien soit étranger chez lui. Mais les ivoiriens n’accepteront jamais cela.», a-t-il indiqué à ses hôtes. Selon le gouvernement ivoirien, le président Henri Konan Bédié stigmatise de toute évidence les étrangers à travers de tels propos : «Ces propos, d’une extrême gravité, appelant à la haine de l’étranger, sont de nature à mettre en péril, au-delà de la paix et de la cohésion sociale, l’unité nationale et la stabilité du pays.  Cette déclaration intervient à un moment où plusieurs localités du pays sont secouées par des violences intercommunautaires qui se sont soldées par des morts, des blessés, des dégâts matériels importants, ainsi que par des déplacements de populations en détresse humanitaire. Le Gouvernement tient à rappeler que l’instrumentalisation de la haine de l’étranger par le Président Henri Konan BEDIE et les dérives qui en ont résulté ont été à la base des différentes crises que notre pays a connues depuis le décès du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, en décembre 1993.», a fait savoir le porte-parole du gouvernement dans un communiqué. Sidi Touré rappelle d’ailleurs que le président du Pdci pourrait s’exposer à la rigueur de la loi : «Le Gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d’infractions prévues et punies par la loi pénale».

> Je regarde  Grève des employés de l’Onuci : mais qui a raison ?

Le RHDP condamne également les propos de Bédié

«Ces propos viennent ainsi établir sa responsabilité ainsi que celle des cadres précités dans les événements malheureux survenus dans certaines localités du pays, comme ce fut le cas récemment à Béoumi.  C’est le lieu pour le RHDP d’interpeller le président du PDCI-RDA sur de telles dérives et leurs conséquences sur la paix et la cohésion sociale.  Le RHDP appelle donc le président Henri Konan Bédié à la raison et à plus de responsabilité», a indiqué le ministre Adjoumani.

Vous pouvez aussi aimer

>