APF : l’Assemblée Nationale s’explique sur l’absence de Soro

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

27e ASSEMBLEE REGIONALE AFRIQUE – D’après un communiqué de son service de communication, Guillaume Soro a voulu éviter un incident diplomatique, raison pour laquelle il était absent lors des travaux, une version démentie par l’Assemblée Nationale ivoirienne.

Guillaume Soro a-t-il volontairement quitté la salle des travaux de la 27e Assemblée Régionale Afrique pour éviter un incident diplomatique ? C’est en tout cas le point de vue défendu par son chargé de communication. A en croire le communiqué de ce dernier, l’ancien premier ministre, vice-président de l’Apf, a été confirmé à son poste, en attendant la 45e session qui aura lieu dans la capitale économique ivoirienne au mois de juillet. La délégation ivoirienne, conduite par le président de l’Assemblée Nationale Amadou Soumahoro, a participé aux travaux de la 27e session. Dans son communiqué, le parlement ivoirien affirme que Guillaume Soro n’a pas été reconnu comme étant un membre de la délégation officielle de la Côte d’Ivoire, d’où son absence dans la salle des travaux lors de la 27e session qui s’est tenue à Rabbat.

Les partisans de Guillaume Soro ont jubilé en marge de la 27e assemblée régionale Afrique de l’Apf à Rabbat. La raison, leur leader aurait remporté une première bataille diplomatique face au nouveau président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, le cacique du RHDP Amadou Soumahoro. Lors de la 27e session qui s’est tenue le week-end dernier au Maroc, la délégation ivoirienne était présente sur les lieux, une délégation conduite par Amadou Soumahoro, le successeur de Guillaume Soro. L’ancien chef du parlement était aussi présent à Rabbat en qualité de Vice-président de l’Assemblée Parlementaire de la francophonie, un fauteuil qu’il occupe depuis 2013. Menacé de destitution, Guillaume Soro aurait été confirmé à son poste le week-end dernier à Rabbat selon son chargé de communication : «Le huis clos a duré plus de 02 h bloquant ainsi le début de la cérémonie officielle. Au cours du huis clos la délégation de Côte d’Ivoire a exigé le poste de Premier Vice-président de l’APF pour le compte de M. Amadou Soumahoro et, subséquemment sa candidature pour la présidence de l’APF. Cette exigence ivoirienne a été rejetée. Le sommet a reconnu à SEM Guillaume Kigbafori Soro, au regard des statuts de l’APF, la qualité indéniable de Premier vice-président de l’APF. Pour éviter un blocage des travaux et créer ainsi un incident diplomatique, M. Guillaume Kigbafori SORO a choisi librement de renoncer à présider les travaux.». Mais cette version des faits diffère de celle de la délégation officielle de la Côte d’Ivoire conduite par le président de l’Assemblée Nationale. Dans un communiqué, le parlement ivoirien rappelle que Guillaume n’a pas présidé les travaux pour la simple raison qu’il ne faisait pas partie de la délégation officielle ivoirienne invitée à Rabbat pour la 27e assemblée régionale Afrique.

> Je regarde  Démission de Guillaume Soro : vers une fin de sa carrière politique ?

L’Assemblée Nationale annonce un revers de Soro à Rabbat

«C’est le lieu de préciser que l’APF, soucieuse et respectueuse de la souveraineté des Etats énoncée à l’article 1 alinéa 2 de la Charte de la Francophonie et réaffirmée dans le Statut de l’APF, a pris acte de la modification de la section ivoirienne.  En effet, en vertu de l’article 5.2 des Statuts de l’APF, « Les Sections sont constituées à l’initiative ou avec l’accord de leurs parlements. Elles sont libres de leur organisation interne dans le respect des présents statuts…être membre d’une section nationale de la Région Afrique et figurer sur la liste des délégués désignés par le Président de l’Assemblée nationale…Au regard des dispositions précitées, il est prétentieux d’affirmer de la part de l’ex Président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire M. SORO Guillaume, qu’il aurait renoncé à une prétendue coprésidence pour éviter un blocage des travaux et un incident diplomatique. Le rejet d’une candidature de la délégation ivoirienne au poste de Vice-président relève également de la désinformation.»

Vous pouvez aussi aimer

>