Incivisme au volant: Doumbia Major et Assalé interpellent l’Etat

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

IMPUNITE SUR LES ROUTES – Doumbia Major a interpellé le gouvernement ivoirien sur les pratiques indécentes de certains usagers de la route. Pour le président du Congrès Panafricain pour le Renouveau, l’incivisme au volant n’est hélas pas sanctionné à sa juste mesure. La tolérance zéro face aux violations du code de la route est aussi le message lancé par Assalé Tiémoko en marge du décès de l’artiste DJ Arafat.

Le décès de DJ Arafat a relancé les débats sur l’incivisme au volant en Côte d’Ivoire. Alors qu’il roulait à vive allure, et sans protection, le chanteur ivoirien a heurté l’arrière d’une Ford Focus dans la nuit du dimanche. Ce triste évènement qui a plongé toute la Côte d’Ivoire dans un deuil national a été l’occasion pour Doumbia Major et Tiémoko Assalé d’interpeller le gouvernement sur le manque de discipline constaté sur les routes. Dans la journée du jeudi, l’incivisme avait aussi été à l’origine d’un carambolage qui a impliqué 17 véhicules sur la voie reliant Adjamé à Yopougon.

L’incivisme sur les routes est l’une des causes qui expliquent le décès de l’artiste Arafat DJ selon certains. Sur la vidéo visionnée, on voit clairement que le chanteur ne portait pas de casque de sécurité alors qu’il s’adonnait à de dangereuses acrobaties sur la route en pleine nuit. Dans son hommage à l’artiste ivoirien, le maire Tiémoko Assalé a indiqué que la société ivoirienne était en partie responsable de la mort du chanteur, puisque l’artiste n’avait jamais été interpellé par les autorités sur ses dangereuses cascades à moto sur les routes : «Il y a des drames qui offrent à toute une société, l’occasion, passée l’émotion, d’engager des réflexions profondes sur notre responsabilité vis à vis des lois que, librement, nous nous sommes donnés…On l’a tous vu, et je l’ai écrit hier, dans les colonnes de « L’Elephant Déchaîné », par quelque bout qu’on prenne les raisons de la mort de DJ Arafat, les vidéos de l’accident nous conduisent à une seule conclusion: C’est l’irresponsabilité de la société ivoirienne qui a tué l’artiste. Ce qui ne l’exhonore pas de sa propre responsabilité. Nous vivons dans un pays où les lois sont appliquées depuis des décennies, à la tête du client, où laisse faire des gens qui jouent avec la vie des autres. Au point où certains, en raison de quelque puissance, se sont installés au- dessus des lois.  C’est dans cette ville d’Abidjan qu’on voit des ministres rouler en sens inverse, comme si le code de la route ne s’appliquait pas à eux aussi». Pour le maire de Tiassalé, le gouvernement gagnerait à durcir les sanctions face à l’incivisme au volant qui prend de l’ampleur en Côte d’Ivoire, plus particulière dans la capitale économique ivoirienne.

> Lire aussi  Alain Chapo : une veillée catholique à ses obsèques suscite la polémique

Vers un durcissement des sanctions sur la route ?

«Un des signes qui montrent que dans nos pays la vie du citoyen ne compte pas aux yeux de l’État, c’est que tout le monde roule sans ceinture de sécurité et tout le monde s’en fou y compris les policiers.  On est dans un pays où chacun gère sa vie et sa sécurité. Si tu as des conduites à risques qui mettent en danger ta vie ou la vie de tes enfants, c’est ton problème.  On grille les feux et ça ne va nulle part. On met sa vie et celle des autres en danger et c’est comme ça le pays.  En France tu roules sans ceinture tu te tapes une amende de 90 euros et cette somme est payée par chaque passager sans ceinture.  Il faut de la discipline dans ce pays.», explique le président du Congrès Panafricain pour le Renouveau.   

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.